Auteur/autrice : zakaria lahrach

Dans une récente mise à jour des conditions d’entrée sur son territoire, la France vient d’ajouter le vaccin d’AstraZeneca produit en Inde (Covishield) à la liste des vaccins acceptés. Les Marocains ayant reçu des doses de ce vaccin pourront ainsi se rendre à l’Hexagone avec les mêmes conditions que les personnes vaccinées Pfizer ou Moderna. Bonne nouvelle pour les Marocains vaccinés souhaitant se rendre en France. Ils peuvent désormais, à condition d’avoir reçu les doses du produit d’AstraZeneca, se rendre à l’Hexagone sans présenter de test négatif et sans devoir subir l’auto-isolement de 7 jours. La France avait en effet fait…

Lire la suite

Décidément, les vieilles habitudes ont la peau dure. Une fois de plus, le gouvernement a annoncé deux importantes décisions (reprises des liaisons aériennes et date des examens du bac) un dimanche au soir (le 6 juin), bien après 20h. Cette «communication du week-end», raillée par ailleurs sur les réseaux sociaux, semble s’institutionnaliser pour devenir la règle. Une nouvelle forme de communication à la marocaine qui ne serait pas aussi maladroite qu’on voudrait bien le laisser croire. « C’est maintenant devenu une habitude. Avant de nous endormir le soir, nous prenons la peine de faire un tour sur les sites d’infos,…

Lire la suite

Les chiffres donnent le tournis: plus de 8 millions de dirhams ont été échangés en acquisition de Bitcoins en un seul mois et sur une seule plateforme au Maroc. Un record pour une cryptomonnaie censée être frappée du sceau de l’interdiction. Dans la réalité, les Marocains crypto-enthousiastes sont de plus en plus nombreux et s’en donnent à cœur joie dans un domaine où les limites légales ne sont pas aussi claires qu’on veut bien le laisser croire.. Rarement technologie n’aura en effet suscité autant d’engouement ni autant de craintes que le Bitcoin. À l’heure où nous écrivons ces lignes, le…

Lire la suite

Décidément, la simplification des procédures administratives n’est pas une mince affaire. Lancé en grande pompe, le programme Tabsite, censé faciliter la vie des citoyens, n’est toujours pas prêt, en tout cas pas entièrement. Retour sur les raisons d’un retard. L’annonce avait de quoi réjouir: fini les copies certifiées conformes, fini la légalisation des signatures, fini les documents demandés en plusieurs exemplaires, fini les incohérences administratives… Les usagers des services publics, c’est-à-dire tout un chacun, allaient enfin expérimenter une nouvelle relation avec l’Administration marocaine. L’annonce ? C’est le programme Tabsite porté par la loi n° 55-19 relative à la simplification des procédures et…

Lire la suite

Dans la foulée des nominations royales annoncées lundi soir, celle d’Ahmed Rahhou pour suppléer au controversé Driss Guerraoui et prendre les rênes du Conseil de la Concurrence, sort particulièrement du lot. Contrairement aux autres noms figurant dans le communiqué du cabinet royal, celui d’Ahmed Rahhou est accompagné d’une explication dans un contexte pour le moins inédit qui touche l’impartialité d’une institution constitutionnelle. Tout a commencé avec le dossier épineux des soupçons d’ententes entre les acteurs sur les prix des hydrocarbures. Driss Guerraoui, à l’époque récemment projeté à la tête d’un organe inactif depuis plus de cinq ans, mais doté de…

Lire la suite

À l’heure où la crise prévaut dans tous les secteurs et que l’actualité est rythmée par les difficultés et les drames socio-économiques, la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) craint pour son indépendance au point de l’inscrire à l’ordre du jour de son Conseil d’administration annuel tenu le jeudi 11 février. En plus d’approuver les différents rapports et comptes de l’organisation, le patronat a profité de la réunion pour réviser son règlement intérieur afin d’interdire l’accès aux instances dirigeantes (présidence et vice-présidence) de la confédération, des antennes régionales et des fédérations aux personnes exerçant des fonctions exécutives dans les…

Lire la suite

14 milliards de dirhams. C’est le chiffre d’affaires réalisé en 2019 par le secteur de l’externalisation des services, faisant de lui l’une des activités les plus génératrices de devises. Une performance qui n’a d’ailleurs pas été impactée par la crise puisque les opérateurs s’attendent aux mêmes résultats à fin 2020. Il était donc tout à fait normal pour ces derniers de commencer à voir plus grand, au point de se sentir à l’étroit au sein de l’APEBI (Fédération des technologies de l’information, des télécommunications et de l’offshoring) et de vouloir voler de leurs propres ailes. « Le secteur de l’externalisation est…

Lire la suite

Où sont les doses de vaccins promises ? Le sujet est sur toutes les lèvres et les informations contradictoires sur le sujet circulent dans les médias et les réseaux sociaux. De promesse en report et en l’absence de communication claire du ministère de la Santé, la campagne de vaccination ne démarre toujours pas faute de vaccins. Fin prêt, le Maroc n’attend plus que la livraison de ses commandes qui tardent, mais ce retard semble n’être que la partie visible d’un iceberg qui pourrait même compromettre toute l’opération… Décryptage. « Si tout se passe bien et que nous continuons dans de…

Lire la suite

Se lançant à son tour dans le marché des OPCI, le groupe bancaire BMCI a vu les choses en grand en dotant son nouvel appareil, « Cleo Pierre SPI-FA », de 78 actifs stratégiques valorisés à près de 548 millions de dirhams. Contrairement à ses confrères, la filiale du groupe français BNP Paribas, a choisi de confier la gestion de son OPCI à Reim Partners. Dans un entretien accordé à H24info, Idriss Bensmail, membre du Directoire et Directeur général adjoint de la BMCI est revenu sur les raisons de ce choix ainsi que sur les détails de cette opération. H24info : La…

Lire la suite

Les dégâts causés par les précipitations importantes qu’a connus la ville de Casablanca semblent avoir déterré la hache de guerre entre le Conseil de la ville et le délégataire Lydec. Dans une déclaration à la presse, le maire de la métropole, Abdelaziz El Omari, a nommément cité Lydec comme l’unique responsable de l’indemnisation des citoyens pour les pertes qu’ils ont subies. El Omari a expliqué en ce sens qu’il avait déjà reçu plusieurs plaintes de citoyens au sujet des inondations qui ont touché des quartiers et des rues de la ville et que le Conseil de la ville était conscient…

Lire la suite