Investissements français au Sahara: Paris dans le viseur du Polisario

Publié le
Séparatistes du Polisario.
Milices séparatistes du Polisario. ©DR

La France est désormais l’ennemi à abattre pour les séparatistes du Polisario qui peinent à concevoir le dégel dans les relations maroco-françaises. En cause ? L’annonce par Paris de sa volonté d’accompagner l’essor économique des provinces du sud en soutenant des projets à travers une injection de fonds.

La pilule ne passe pas du côté des séparatistes. L’annonce des autorités françaises d’entreprendre des investissements dans les provinces du Sahara a fait surgir les séparatistes de leurs gonds. C’est ainsi que le dénommé conseil des ministres de l’autoproclamée RASD a rendu public, dimanche soir, un communiqué incendiaire dirigé aux autorités françaises.

Dans ce document repris par ses relais médiatiques, l’entité séparatiste a estimé que le gouvernement français “participe au pillage des richesses naturelles et des ressources sahraouies”, sic!

Sahara: la volte-face de l’espagnol Enaire devant la pression du Polisario

Le prétendu organisme rappelle qu’il s’agit d’une “nouvelle escalade” de la part du gouvernement français. Puisant dans un son éternel et poussiéreux lexique autour du droit international et la décolonisation, l’organe décisif des séparatistes est monté, encore une fois, sur ses grands chevaux en adoptant un ton belliqueux à l’adresse des entités qui, selon lui, défient la “légalité internationale”.

Attaque pêle-mêle

Or, cette fois-ci, et dans une démarche inédite, les séparatistes ont voulu faire d’une « sortie”, plusieurs coups… ratés! C’est ainsi que le Polisario a pris à témoin l’Union africaine (UA) en sollicitant son intervention pour “imposer les principes de la charte fondatrice de l’UA”!

Ainsi, le Polisario s’est adressé à l’Union européenne afin qu’elle mette fin à ce qu’il dénomme son “favoritisme” à l’adresse du Maroc, l’exhortant à faire “respecter » les arrêts de la Cour de justice européenne concernant les accords agricole et de pêche.

De même et conscient de l’appui inconditionnel dont jouissent les séparatistes auprès de certains cercles espagnols, le texte en question a interpellé le gouvernement de Pedro Sanchez, qui n’a de cesse de remettre à sa place le Polisario, pour qu’il prenne “ses responsabilités” en tant qu’ancienne puissance administratrice.

N’appréciant guère le soutien apporté par Madrid aux protocoles paraphés entre Bruxelles et Rabat, les séparatistes ont appelé le gouvernement de Sanchez à changer de camp et rediriger leur soutien vers “les efforts” de l’envoyé onusien pour le Sahara, Steffan de Mistura.

Ce qui confirme le parti pris de l’envoyé Helvético-Italien et conforte le Maroc dans ses fermes positions à son égard.

Et pour clore ce chapitre conjuguant lamentations et remontrances, les protégés du Palais d’El Mouradia se sont empressés de rendre allégeance à leurs maîtres, “pour leur soutien à la juste cause”!

La rédaction vous conseille

Les titres du matinNewsletter

Tous les jours

Recevez chaque matin, l'actualité du jour : politique, international, société...

Investissements français au Sahara: Paris dans le viseur du Polisario

S'ABONNER
Partager
S'abonner