H24Info est un produit du groupe

    GEOMEDIA est l’un des groupes-médias les plus importants au Maroc avec 3 titres majeurs (Print et Web):

    Crée en 2013, H24Info s’est imposé comme le support-média francophone de référence auprès de lecteurs en quête d’une information fiable et instantanée sur le canal digital. H24 Info enregistre plus de 30 Millions de visites annuelles.

    Numéro dépôt légal : ص 2018/22

    Différentes découvertes archéologiques ont ponctué l’actualité nationale cette semaine. Outils osseux vieux de 120.000 ans, perles de coquillage, nouvelle espèce de dinosaure…H24Info fait le point. 

    Le Maroc a l’habitude d’accueillir chercheurs et archéologues en tout genre. Fossiles, ruines, outils…des « trésors » historiques y sont régulièrement déterrés. Cette semaine, plusieurs découvertes ont animé les médias.

    Les outils de la Grotte des Contrebandiers

    Une équipe internationale de chercheurs a identifié les plus anciens outils en os jamais découverts pour la confection d’habits, vieux de 120.000 ans, dans une grotte près de Rabat, a révélé jeudi à l’AFP l’archéologue Abdeljalil El Hajraoui qui a pris part aux recherches.

    La soixantaine d’outils osseux retrouvés dans la Grotte des Contrebandiers -située près de la capitale du royaume- «ont été intentionnellement façonnés pour des tâches spécifiques qui comprenaient le travail du cuir et de la fourrure», selon une étude publiée la semaine dernière par la revue américaine Science.

    «La couture est un comportement qui a été perpétué depuis ces temps là. D’ailleurs, les outils découverts dans la grotte ont servi pendant 30.000 ans, ce qui prouverait l’émergence de la mémoire collective», étaye le spécialiste de l’Institut marocain des sciences de l’archéologie et du patrimoine (INSAP).

    «Compte tenu du niveau de spécialisation des outils de la Grotte des Contrebandiers, il est probable que des exemples antérieurs y seront retrouvés», précise l’étude.

    Les plus anciennes coquilles à parure au monde

    A quelque 400 km de la Grotte des Contrebandiers, des chercheurs marocains, américains et français ont exhumé une trentaine de coquilles façonnées d’escargots marins dans une couche datant de 142.000 à 150.000 ans, dans la Grotte de Bizmoune près d’Essaouira, a annoncé mercredi un communiqué du ministère marocain de la Culture, citant une étude publiée dans la revue américaine Science Advances.

    Il s’agirait «des plus anciens éléments de parure découverts à ce jour», d’après le communiqué.

    Ces perles « étaient fabriquées à partir de coquilles d’escargots de mer, et chacune mesure environ un demi-pouce de long. Des trous au centre des perles, ainsi que d’autres marques d’usure, indiquent qu’elles ont été suspendues à des ficelles ou à des vêtements », a déclaré Steven L. Kuhn, professeur d’anthropologie au Collège des sciences sociales et comportementales de l’Université d’Arizona, l’un des auteurs de la découverte.

    Précisant au passage que les découvertes de ce type d’objets ne remontent pas à plus de 130.000 ans.

    Nouvelle espèce de dinosaure

    Sur un atre registre, une équipe de chercheurs internationaux a découvert cette semaine une nouvelle espèce de dinosaure inédite au Maroc et en Afrique. Il s’agit d’un ankylosaure, un quadrupède herbivore de plus de 10 mètres de long dont l’apparition date de 167 à 163 millions d’années, repéré dans une mine située à Boulahfa, dans le Moyen Atlas.

    Dirigée par Susannah Catherine Rose Maidment, paléontologue britannique au Natural History Museum de Londres, l’équipe de chercheurs a acquis une côte de cet ankylosaure d’un marchand de fossiles à Cambridge en 2019. Baptisé Spicomellus afer, cette espèce n’est pas seulement le plus ancien ankylosaure jamais découvert et le premier à être trouvé sur le continent africain, mais il présente également des pointes osseuses saillantes de ses côtes, soit une caractéristique que l’on ne retrouve chez aucune autre espèce de vertébrés.

    «Avant cette découverte, nous n’avions aucun fossile d’ankylosaure d’Afrique de quelque période que ce soit du Mésozoïque et nous ne savons pas pourquoi. Ces dinosaures viennent d’un nouveau site (Maroc), donc peut-être que si nous continuons à chercher là-bas, nous pourrons trouver davantage de ce squelette, car il est plutôt fragmenté pour le moment», a affirmé Susannah Catherine Rose Maidment.

    Pour rappel, des archéologues internationaux ont localisé, fin juillet, le site préhistorique acheuléen le plus ancien d’Afrique du nord, remontant à 1,3 million d’années, dans la périphérie de Casablanca. Une découverte majeure qui renversent les connaissances actuelles selon lesquelles les Acheuléens, dont l’une des caractéristiques est l’invention des outils bifaces pendant le paléolithique inférieur, s’étaient établis, il y a 700.000 ans, dans cette partie d’Afrique du Nord.

    Share.

    Comments are closed.