La revue de presse du lundi 11 mars

Publié le
La revue de presse de ce vendredi 17 mai
©H24info

Secteur pharmaceutique: Un écosystème d’excellence tourné vers l’avenir ; Reconstruction post-séisme: lentement, mais sûrement ; Echéances fiscales: ne pas oublier les droits de timbre ; TVA récupérable: analysez vos comptes ; Salariat: l’inégalité de genre, une réalité bien ancrée ; Préscolaire: le chantier de la généralisation se poursuit ; Les collectivités territoriales paralysées par une grève de trois jours à partir de demain… Voici les dernières informations de la presse nationale de ce lundi:

Les Inspirations éco

Secteur pharmaceutique: Un écosystème d’excellence tourné vers l’avenir 

Le Maroc possède l’un des secteurs pharmaceutiques les plus dynamiques d’Afrique, fruit de plus de 60 années d’expertise industrielle. Classé 2e producteur du continent et 5 e de la région MENA, avec 54 sites de production, il couvre près de 80% des besoins du Royaume en médicaments. Cette performance repose sur une stratégie ambitieuse dans le cadre du Plan d’accélération Industrielle. Stimuler la R&D et accroître les exportations, d’une part développer le marché intérieur et l’accessibilité aux soins, d’autre part : tels sont les deux piliers de cette politique volontariste qui fait du Maroc un acteur continental majeur de la santé.

Reconstruction post-séisme: lentement, mais sûrement

Lentement, mais sûrement ! C’est ainsi que l’on peut résumer le processus de reconstruction dans les zones sinistrées, six mois après le séisme dévastateur d’Al Haouz. Et il faut dire que la situation diffère d’une localité à l’autre et en fonction de l’accessibilité des zones touchées et de l’importance des dégâts à réparer. «En ce qui nous concerne, après le travail de recensement, le processus s’est poursuivi avec les études architecturales et topographiques nécessaires. Il fallait ensuite déblayer le terrain, avant d’envisager d’entamer les travaux de gros œuvre, qui commencent par les nouvelles fondations. Nous espérons voir les premières constructions sortir de terre dans six mois environ». Ce point de la situation est fait par Kamil Abdelghani, président de la Commune de Sidi Bedahj (Cercle d’Amzmiz) dans la province d’Al Haouz. Il faut dire que la tâche n’est pas des plus simples, au regard de l’étendue des nombreuses provinces concernées. Les différentes commissions mises sur pied pour faire le travail de recensement et faciliter les prochaines étapes de ce processus de reconstruction ont eu pas mal de défis, notamment ceux liés aux contestations et autres recours de citoyens qui se considèrent non pris en charge par ces commissions.

Echéances fiscales: ne pas oublier les droits de timbre 

Dans le paysage fiscal marocain, il est essentiel de se conformer aux obligations déclaratives et aux paiements requis. Si l’impôt sur le revenu (IR) et l’impôt sur les sociétés (IS) sont bien connus, il est crucial de ne pas oublier les droits de timbre, dont l’échéance du 31 mars approche à grands pas. Examiner attentivement ces obligations est nécessaire pour garantir une gestion fiscale adéquate. Les droits de timbre comprennent deux catégories importantes que tout contribuable doit prendre en compte dans ses déclarations : les droits de timbre sur les annonces publicitaires sur écran et les droits de timbre sur les quittances, factures, mémoires, reçus et décharges de sommes réglées en espèces. Au Maroc, les annonces publicitaires diffusées sur écran sont soumises à un taux de 5% de droits de timbre.

L’Economiste

TVA récupérable: analysez vos comptes

Après l’officialisation du délai de forclusion du droit de déduction de la taxe sur la valeur ajoutée et qui est désormais de 4 ans au lieu d’un an jusqu’à fin 2023, les contribuables assujettis devraient passer au peigne fin leurs comptes de TVA au titre des exercices précédant le 1er janvier 2024. En cas d’oubli ou d’omission d’une partie de cette taxe, les personnes concernées pourraient avoir de bonnes surprises. En effet, elles pourraient récupérer une manne inespérée qui pourrait remonter jusqu’à 2020. L’exercice 2023 étant compris. Soit quatre exercices en tout. Selon un praticien, cette manne ne concerne pas la TVA facturée par les fournisseurs à partir de la date d’entrée en vigueur de la loi de finances 2024, mais bien la TVA non récupérée au cours des quatre exercices précédents. Une option qui n’était pas possible avant le 1er janvier 2024 puisque ce droit était clairement limité à une année. Il s’agit de l’une des mesures fiscales 2024 qui en auront surpris plus d’un et qui aura suscité une grosse polémique au sein de la corporation des praticiens.

Salariat: l’inégalité de genre, une réalité bien ancrée 

«L’inégalité hommes-femmes face au salariat est une réalité bien ancrée dans le marché du travail», note le Haut-Commissariat au plan (HCP) dans sa récente publication, à l’occasion de la journée interna- tionale de la femme (8 mars 2024). Disparités en termes de participation à la vie active, écarts de salaires et dans l’accès aux postes de responsabilité…, le HCP dresse le portrait. En milieu urbain, en 2019, la part des femmes au sein de la population salariée âgée de 18 à 60 ans s’était située à 32,2%, demeurant ainsi en deçà de celle des hommes qui s’était, pour sa part, située à 67,8%. Ce qui représente un indice de précarité de 2, sur 31 salariés, 10 sont des femmes et 21 sont des hommes. De plus, cette parité sur le marché du travail augmente significativement avec l’avancement en âge. Elle passe, en effet, de 1,8 pour les 18-29 ans à 2,4 pour les 30-44 ans pour se fixer à 2,1 (45-60 ans).

Préscolaire: le chantier de la généralisation se poursuit 

Le déploiement de la généralisation du préscolaire progresse avec vigueur, se rapprochant ainsi des objectifs fixés pour 2028. Cette avancée significative a été soulignée lors de la récente célébration du 16e anniversaire de la Fondation marocaine du préscolaire (FMPS) à Rabat, où les responsables du secteur ont confirmé cette tendance encourageante. Depuis le lancement du programme national de généralisation du préscolaire en 2018, le secteur a connu une dynamique remarquable, accompagnée par la FMPS, en tant que l’un des piliers du développement du préscolaire au Maroc. Cette progression est également le fruit du soutien solide de l’État et d’autres acteurs stratégiques. Selon Chakib Benmoussa, ministre de l’Éducation nationale, du Préscolaire et des Sports, l’État alloue près de 3 milliards de DH par an au préscolaire, dont les deux tiers sont dédiés au fonctionnement et le reste à l’investissement.

Le Matin

Les collectivités territoriales paralysées par une grève de trois jours à partir de demain

Le secteur des collectivités territoriales connaîtra une grève nationale de trois jours à partir de demain. Ce nouveau débrayage organisé par la coordination syndicale des fonctionnaires des collectivités territoriales, composée de quatre formations syndicales, vise à attirer l’attention sur les revendications des fonctionnaires du secteur et inciter le ministère de l’Intérieur à reprendre le dialogue social suspendu depuis plus de trois années.

Lutte anti-corruption : Bachir Rachdi décline sa méthode

Visiblement, le président de l’Instance nationale de la probité, de la prévention et de la lutte contre la corruption prend très à cœur sa mission. Et pour la mener à bien, il compte mobiliser toutes les ressources à sa disposition et même mettre à contribution les autres parties prenantes. C’est que Bachir Rachdi veut des résultats «palpables» à court terme, tout en traçant les jalons d’une «stratégie et d’une vision» de longue haleine. Pour lui, L’heure est à la complémentarité des efforts pour «rendre effectives» les dispositions constitutionnelles, avec une vision alignée sur les Orientations Royales en matière de bonne gouvernance.

Villages touristiques, incubateurs thématiques, projets locomotives… la SMIT dévoile son plan d’action triennal 

La Société marocaine d’ingénierie touristique (SMIT) prévoit de débourser près de 3 milliards de dirhams sur les trois prochaines années afin de remplir sa part du marché dans la stratégie nationale pour le développement du tourisme. Au programme : 16 villages touristiques intégrés, 3 incubateurs thématiques, 14 projets locomotives de grande animation, 40.000 lits additionnels, en plus d’un programme d’appui au profit de 1.500 TPME.

L’Opinion

Culture licite du cannabis: la Beldia marocaine entame sa Reconquista 

Alors que les premières filières et unités de valorisation s’installent sous l’encadrement strict de l’Agence Nationale de Réglementation des Activités relatives au Cannabis (ANRAC), le Royaume vient de franchir une nouvelle étape dans la concrétisation de sa stratégie de dévelop- pement du cannabis licite. Les cultivateurs du Jebel Tidirhine viennent de recevoir leurs autorisations pour débuter une première expérience de culture et de valorisation (pharmaceutique et cosmétique) de la souche locale du cannabis, autrement connue sous le nom de «Beldia». En plus d’économiser les frais d’importation des graines, les caractéristiques intrinsèques de la Beldia permettront également d’économiser l’eau et les intrants chimiques, souvent incontournables pour cultiver les variétés importées.

La rédaction vous conseille

Les titres du matinNewsletter

Tous les jours

Recevez chaque matin, l'actualité du jour : politique, international, société...

La revue de presse du lundi 11 mars

S'ABONNER
Partager
S'abonner