Zoran Manojlovic ne voulait pas quitter le WAC

1041

Le coach serbe remercié lundi dernier par le Wydad de Casablanca affirme qu’il « voulait rester » avec les Rouges. 

Dans une interview approfondie accordée au journal Le Matin, Zoran Manojlovic est revenu sur la période qu’il a passée à la tête du personnel technique du WAC, avec qui il a résilié à l’amiable son contrat lundi dernier. Le président du club, Saïd Naciri, a justifié cette décision par des « problèmes disciplinaires ». L’ancien coach, quant à lui, préfère attirer l’attention sur les « bons résultats » de l’équipe qui n’a perdu « que trois matchs en six mois ».

« (…) si tout était dans l’ordre dans l’aspect disciplinaire et que l’équipe avait été éliminée de la Ligue des champions en milieu de saison, cela aurait été mieux? D’accord, je respecte ce choix! Cela dit, je pense qu’il y avait une bonne discipline au sein de l’équipe, car les résultats viennent toujours avec de la discipline. Sans ce facteur, l’équipe n’aurait pas pu enregistrer d’aussi bons résultats », a déclaré Manojlovic au micro de nos confrères.

 

Lire aussi : Vidéo. LdC CAF: revivez le triomphe du Wydad contre Petro Atletico

 

Le Serbe a également mentionné qu’il « entretenait une bonne relation avec l’ensemble des joueurs et avec les membres du staff ». « Sur le plan sportif, quand je n’étais pas satisfait d’un rendement d’un joueur, je le mettais sur le banc de touche », a-t-il expliqué, précisant qu’il avait une « relation normale » avec le président Saïd Naciri, relativement restreinte par la barrière de la langue, ce dernier ne parlant pas anglais et Manojlovic ne parlant ni français ni arabe.

Bien qu’il « n’ait jamais eu de problèmes avec les six coachs », Manojlovic souligne son désaccord avec le préparateur physique Nabi Manaf (« deux façons de coacher incompatibles »), et en particulier avec le coach adjoint Fouad Sahabi. « Il n’a pas respecté ma position et m’a dénigré dans des déclarations à la télévision, disant que je n’étais pas un bon coach ». Le coach serbe s’est défendu en rappelant son « CV », avec ses « 30 matchs en Ligue des champions de la CAF », ses « deux championnats remportés en Angola avec deux équipes différentes », « la demi-finale de la Ligue des champions ».

 

Lire aussi : Derby: trois joueurs seraient à l’origine de la défaite du Wydad

 

« Ce coach, quant à lui, n’a jamais remporté un championnat, il est parti plusieurs fois en seconde division, et il y a une grande différence entre la crédibilité dont je jouis et la sienne! J’ai dû le renvoyer du staff à deux reprises! », s’est exclamé Manojlovic, détaillant ces deux événements, et soupçonnant Sahabi d’agir ainsi pour le « voir viré » ou le « provoquer ».

Par ailleurs, Manojlovic a insisté sur la qualité des joueurs wydadis. « Le WAC a de grand joueurs qui joueraient facilement en Europe », a-t-il énoncé. Et d’ajouter: « Je suis fier de tous mes joueurs, parce que nous avons gagné tout en pratiquant un football différent du style qui fait la réputation du Wydad ». Le Serbe a aussi été ému par le public des Rouges. « Pour moi, le public du Wydad est numéro 1 au monde », a-t-il affirmé. « Plusieurs pays européens aimeraient accueillir des rencontres de cette dimension, avec le même jeu, la même atmosphère, ces fans… Le plus grand vainqueur était le public marocain ».