Sanchez accusé par Buenos Aires d’apporter « pauvreté et mort » à son peuple: Madrid dénonce des propos « infondés »

Publié le
Les tensions entre Madrid et Buenos Aires tournent à la crise diplomatique
© DR.

Madrid a « rejeté catégoriquement » samedi les « termes infondés de la déclaration de la présidence argentine » qui a accusé le gouvernement espagnol d’apporter « pauvreté et mort » à son peuple.

« Le gouvernement espagnol rejette catégoriquement les termes infondés de la déclaration publiée par la présidence de la République argentine, qui ne correspondent pas aux relations des deux pays et des peuples frères », indique un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

Quelques heures plus tôt, la présidence argentine avait accusé le Premier ministre espagnol de conduire son pays à sa perte. « Sánchez a mis la classe moyenne en danger avec sa politique socialiste qui n’apporte que la pauvreté et la mort », avait écrit la présidence argentine, quelques heures après un commentaire du ministre espagnol des Transports Oscar Puente suggérant que le chef de l’Etat Javier Milei se droguait.

Buenos Aires a également accusé le Premier ministre espagnol d’avoir « mis en péril l’unité du royaume, en scellant un accord avec les séparatistes et en conduisant l’Espagne à sa perte », une allusion à l’accord politique du Parti socialiste espagnol avec les partis indépendantistes basques et catalans pour former un gouvernement.

Pedro Sánchez est parvenu à être reconduit au pouvoir par le Parlement en novembre avec le soutien des partis indépendantistes catalans, en échange d’une loi très controversée d’amnistie des séparatistes impliqués dans la tentative de sécession de la Catalogne en 2017.

La présidence argentine a également estimé que M. Sánchez « d’avoir des problèmes plus importants à régler, comme les accusations de corruption visant son épouse« , qui fait l’objet d’une enquête pour trafic d’influence et corruption.

Vendredi soir, le ministre espagnol Oscar Puente avait suggéré que le chef de l’Etat argentin se droguait. « J’ai vu Milei à la télévision, a-t-il déclaré lors d’une conférence organisée par le PSOE, et quand il est sorti (…) j’ignore si c’était avant ou après l’ingestion ou après l’ingestion de substances (…) J’ai dit : ‘Il est impossible qu’il gagne les élections' ».

Javier Milei se rendra dans deux semaines en Espagne où il participera à un événement organisé par le parti d’opposition d’extrême droite Vox, qui aura lieu les 18 et 19 mai.

La rédaction vous conseille

Les titres du matinNewsletter

Tous les jours

Recevez chaque matin, l'actualité du jour : politique, international, société...

Sanchez accusé par Buenos Aires d’apporter « pauvreté et mort » à son peuple: Madrid dénonce des propos « infondés »

S'ABONNER
Partager
S'abonner