Trafic de drogue international: des hommes d’affaires interdits de quitter le territoire

Des hommes d’affaires influents, basés à Casablanca, Tanger et El Jadida, ont été interdits de quitter le territoire et sont actuellement visés par des enquêtes concernant leur possible appartenance à un réseau de trafic international de drogue et de blanchiment d’argent.

Des patrons de sociétés immobilières et de sociétés d’import-export, ainsi que plusieurs entrepreneurs sont actuellement visés par une enquête pour blanchiment d’argent et trafic international de drogue, révèle le quotidien Assabah dans son édition du mardi 4 mai.

Ces sociétés basées à Casablanca, Tanger et El Jadida ont éveillé des soupçons après que d’importants transferts d’argent aient été effectués dans un délai très court.

Les enquêteurs se sont alors penchés sur les comptes de ces sociétés et ont découvert qu’en l’espace de six mois, celles-ci ont bénéficié de transferts de 260 millions d’euros, soit près de 3 milliards de dirhams, pour des marchandises dont le prix réel n’atteint pas le tiers de ces transactions.

 

Lire aussi: Spoliation foncière à Marrakech: des élus et des promoteurs interdits de quitter le territoire

 

Ces transactions douteuses ont conduit les enquêteurs à prendre contact avec leurs homologues étrangers, pour connaître notamment les véritables clients de ces sociétés marocaines. Les premiers éléments de l’enquête ont révélé que l’un des patrons installé au Maroc est un étranger déjà suspecté de trafic de drogue et de blanchiment d’argent.

Mais alors que les recherches se poursuivent, les enquêteurs n’excluent pas le fait que ces sociétés ne soient qu’une façade pour dissimuler un vaste réseau de trafic de drogue international. En attendant, tous ces hommes d’affaires suspectés d’être impliqués dans ce trafic ont été interdits de quitter le territoire.