Spoliation foncière à Marrakech: des élus et des promoteurs interdits de quitter le territoire

DR.

Plusieurs hauts responsables, élus et promoteurs immobiliers sont sous le coup d’une enquête pour spoliation foncière de biens appartenant à l’État et ont interdiction de quitter le territoire.

La Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ) enquête sur une vaste affaire de spoliation foncière, impliquant des élus, des hauts fonctionnaires et des promoteurs immobiliers, révèle le quotidien Assabah dans son édition du vendredi 30 avril.

Les mis en cause dans cette affaire ont été interdits de quitter le territoire et leurs passeports confisqués, sous décision du procureur général du Roi près de la Cour d’appel de Marrakech, précise la même source.

Peu de détails ont filtré à ce stade de l’enquête, mais il s’agirait de cas de spoliation concernant des terrains appartenant à l’État, relevant du domaine privé de ce dernier ou du ministère des Habous.

 

Lire aussi: Marrakech: un président de commune poursuivi pour corruption

 

Grâce à des complices hauts placés, les mis en cause ont fait l’acquisition de ces terrains à des prix symboliques, prétextant vouloir y planter des projets d’investissement. Ils sont allés jusqu’à créer des sociétés fictives dans ce bur, note le quotidien.

Dans le cadre de cette enquête, les éléments de la BNPJ ont interrogé Khalid Ouaya, ancien directeur de l’Agence urbaine de Marrakech, incarcéré pour des faits de corruption.