Sebta: le maire « déroule le tapis rouge » aux touristes marocains

195
Le maire de Ceuta, Juan Jesus Vivas, a affirmé le souhait de mettre en place un protocole d'attention dédié aux touristes marocains. DR

A l’occasion du Fitur 2019 (salon international du tourisme de Madrid), le maire de Ceuta, Juan Jesús Vivas, a annoncé la volonté de son gouvernement d’élaborer un protocole d’attention consacré à la promotion de sa ville auprès des touristes marocains.  

En effet, les visiteurs marocains constituent la part la plus importante du tourisme sebtaoui, spécialement en cette période de soldes, rappelle Aujourd’hui le Maroc du 5 février. C’est en ce sens que le maire souhaite « dérouler le tapis rouge devant les touristes marocains », lit-on dans les colonnes du quotidien.

Ce projet de protocole s’inscrit dans la continuité de la publication des résultats d’une récente enquête quant à l’évaluation des « préférences et des choix de la clientèle marocaine », qui cristallise à elle seule 50% du chiffre d’affaires des commerçants sebtaouis (magasins, cafés, restaurants, etc.).

Lire aussi : Vidéo. Ceuta: des porteurs aident la police à contrer une incursion de migrants

Cette étude renseigne au sujet des langues les plus pratiquées par les touristes marocains pendant leur séjour à Ceuta. En tête, le français est la langue la plus choisie par les Marocains pour converser dans l’enclave espagnole. Viennent ensuite l’arabe, le castillan et enfin l’anglais.

On y retrouve également leurs préférences culinaires, notamment le désir d’avoir à disposition un plus grand choix de restauration halal. Les visiteurs marocains ont également réclamé la baisse des prix de certains produits et services ainsi que du stationnement.

Lire aussi : Deux Africains morts à Ceuta après avoir franchi la clôture frontalière

Le rôle de la police locale est plutôt bien apprécié par les touristes marocains qui se disent en sécurité pendant leur visite. Ils réclament toutefois davantage de flexibilité quant aux conditions de transit au poste-frontière, d’autant plus pendant les périodes de soldes qui provoquent des embouteillages à la frontière.