Le revue de presse du mercredi 10 juin 2020

3463
DR.

Tensions supplémentaires en le Maroc et l’Algérie, le plan d’action relatif au tourisme, la préparation du déconfinement…Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce mercredi. 

Le Matin
Le Maroc « consterné » par les allégations du porte-parole de la présidence algérienne

Le Maroc a exprimé sa consternation face aux allégations du porte-parole de la présidence algérienne qui a affirmé, mardi, que « le Consul du Maroc avait effectivement quitté le territoire national à la demande de l’Algérie » et que « l’attitude du Consul marocain n’était pas étonnante car c’est un officier des renseignements marocains ». « Le Maroc a, d’abord, pensé ne pas réagir à ces affirmations irresponsables auxquelles nous sommes habitués depuis des décennies », a indiqué le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, en réponse à une question de la MAP. « Toutefois, devant la gravité extrême de tels propos », le ministre souligne que « le Maroc exprime sa consternation face à ces allégations émanant d’un représentant d’une institution censée faire preuve de discernement et de retenue », notant que le Royaume « s’interroge sur les véritables motivations derrière cette nouvelle escalade et la volonté permanente de l’Algérie d’alimenter un climat de suspicion qui va à l’encontre de toutes les règles de bon voisinage ».

Baccalauréat: Publication des cadres référentiels adaptés à l’examen régional

Le ministère de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique a indiqué, lundi, avoir publié les cadres référentiels adaptés aux épreuves de l’examen régional unifié de la première année du baccalauréat prévu les 4 et 5 septembre, sur son portail www.men.gov.ma. Tous les candidats aux examens de la première année du baccalauréat ont reçu une copie des cadres de référence sur leur adresse mail personnelle « Taalim.ma », précise lundi le ministère dans un communiqué. Le département a, en outre, souligné qu’il a procédé à l’adaptation des cadres référentiels de l’examen pour inclure exclusivement les cours dispensés en présentiel, depuis la rentrée scolaire jusqu’au 14 mars 2020, date de la suspension des études présentielles en raison des mesures de confinement imposées pour faire face à la propagation du Coronavirus.

L’Économiste
Financement: L’Etat élargit sa garantie aux prêts participatifs

Les entreprises et les ménages qui choisissent de se financer auprès des banques et fenêtres participatives jouiront désormais des mêmes appuis que ceux qui recourent aux banques conventionnelles. Certains prêts bénéficieront du support de la Caisse centrale de garantie qui va déployer quatre produits à travers sa fenêtre Sanad Tamwil, destinée exclusivement à la finance participative. Deux produits sont dédiés aux TPME. Le premier, Damane Moubachir, garantira à hauteur de 70 à 80% les crédits d’un montant maximal de 1 million des TPE (moins de 10 millions de DH de chiffre d’affaires). Les entreprises réalisant plus de 10 millions de DH de chiffre d’affaires et dont le montant du financement est supérieur à 1 million de DH sont, elles, éligibles à «Damane Dayn». La quotité de garantie de ce produit varie entre 60 et 70%.

Tourisme: Des bribes du plan d’action dévoilées

Lors des questions orales de la Chambre des représentants, Nadia Fettah a remis une couche sur la priorité accordée au tourisme interne pour sortir la tête de l’eau. Le secteur est sinistré. Ainsi, le ministère du Tourisme, en collaboration avec l’ONMT, travaille sur la mise en place d’une stratégie de communication pour le marché intérieur, national et régional. Celle-ci vise à rapprocher le produit touristique des citoyens. Une campagne de pub a été lancée comme première phase durant la période de l’état d’urgence sanitaire. Elle vise à rapprocher les Marocains des richesses, des produits et des métiers du tourisme national. La mise en œuvre de cette stratégie de communication se poursuivra directement après la levée du confinement. L’objectif de la 2e phase est d’encourager les citoyens à voyager au cours de l’été et les week-ends. Tous les intervenants seront associés à cette période sensible, a noté la ministre.

Aujourd’hui le Maroc
Le parlement prépare le déconfinement

Alors que le Maroc entre dans une nouvelle phase de l’état d’urgence sanitaire, le Parlement prépare déjà l’après-confinement. En effet, la Chambre des conseillers vient d’adopter un plan d’action dans ce sens. Dans le détail, le bureau de la deuxième Chambre réuni en visio-conférence a approuvé son plan de travail pour la période qui va suivre la levée du confinement, selon une formule intégrée et globale, en tenant compte des principes de la flexibilité, la progressivité dans la reprise des travaux en conditions normales ainsi que la poursuite de l’adoption tout en capitalisant sur les acquis au cours de cette période, en l’occurrence l’investissement dans les technologies de la communication et la mise en œuvre de mécanismes de participation et de vote à distance.

Libération
Suspense indigeste: (Re) (re) reconfinement ou déconfinement ?

Dans tous les esprits, la date du 10 juin devait être synonyme d’un pas de géant vers un déconfinement et une liberté dont on a quasiment oublié le goût. Mais ça c’était sans compter sur la communication minimaliste du gouvernement. Aux quatre coins de la planète, les pays ont élaboré une stratégie de déconfinement partagée avec l’opinion publique plusieurs jours avant son entrée en vigueur. Au Maroc, le chef du gouvernement, Saâd Dine El Othmani, s’y prend bien au-delà du temps réglementaire. Il a attendu la date butoir pour présenter sa stratégie de déconfinement à la Chambre des représentants et répondre aux questions en suspens. Ce n’est que 24 heures plus tard que les Marocains ont ce privilège. Un timing pour le moins incompréhensible.

Akhbar Al Yaoum
Relance économique: La FCS mise sur l’intelligence collective

Au regard de la crise économique et sociale induite par la pandémie du Covid-19, la Fédération du Commerce et Services (FCS) de la CGEM a élaboré une proposition de plan de relance adapté aux différentes branches des secteurs du commerce et des services, adoptant une approche d’intelligence collective. « Ce plan de relance établi en étroite concertation avec nos membres vise le maintien de la continuité de l’activité des entreprises des deux secteurs tout en créant de la valeur et évitant ainsi une vulnérabilité sociale à travers la préservation des emplois », a indiqué la présidente de la FCS, Bouchra Outaghani, dans un communiqué. Selon le communiqué, la crise de la pandémie du Covid-19 a engendré une récession économique impactant tous les secteurs d’activité et principalement le commerce et services représentant conjointement 17,7% du PIB et employant 6,5 millions d’emplois.

Al Massae
Le Maroc menacé par une importante vague de chômage

Malgré les pertes colossales concédées par l’économie nationale depuis l’annonce de l’état d’urgence sanitaire, le gouvernement se prépare au pire. En effet, de nombreux secteurs son à l’arrêt et des milliers de salariés risquent de perdre leurs emplois à cause des effets de cette pandémie. L’exécutif essaie d’anticiper les choses et, ainsi, éviter une importante vague de chômage suite aux licenciements de salariés et de cadres, non seulement dans le privé, mais également au niveau de certaines entreprises publiques à l’image de la RAM.