L'Espagne s’inquiète du nombre de demandeurs d'asile marocains

2299
Le Ministre de l’Emploi et de l’Insertion Professionnelle, M. Mohamed Yatim, s'entretient, mardi (02/10/2018) à Rabat, avec la Secrétaire d'État à l'Immigration d'Espagne, Mme María del Consuelo Rumí Ibáñez

Reçue par le ministre du Travail et de l’Insertion professionnelle, Mohamed Yatim, ce mardi 2 octobre, la secrétaire d’État espagnole aux affaires migratoires, Maria del Consuelo Rumi Ibanez, a affirmé la détermination de l’Espagne à lutter contre l’immigration clandestine au Maroc et a déclaré s’inquiéter du nombre de demandeurs marocains d’asile en Espagne.
Cette visite a été l’occasion pour la secrétaire d’État espagnole de réitérer l’engagement de l’Espagne dans la lutte contre l’immigration clandestine et la traite d’êtres humains. Ibanez a précisé que Madrid fera tout son possible pour que soutenir financièrement et matériellement les pays qui subissent une forte pression migratoire, comme le Maroc.
Selon le journal espagnol El Pais, la responsable  espagnole a exprimé son inquiétude quant  au nombre de demandeurs marocains d’asile en Espagne. « Ces dernières semaines, nous avons reçu des demandes d’asile politique de plusieurs Marocains. Cela nous inquiète beaucoup, car les Marocains n’ont pas droit à l’asile en Espagne. Nous savons que la plupart font ces demandes pour retarder leurs expulsions. Mais nous allons les résoudre le plus vite possible, avec toutes les garanties juridiques », a-t-elle déclaré.
Lire aussi: Vidéo. Immigration clandestine: la Guardia Civile arrête 20 Marocains
Ibanez a également appelé le Maroc à sensibiliser ses jeunes au « piège de l’immigration clandestine ». Maria del Consuelo Rumi Ibanez a en effet déclaré qu’il n’y avait pas de « rêve européen », et que ceux qui choisissent l’immigration clandestine « se retrouvent entre les mains de la mafia ».
Pour rappel, sur les 33 000 immigrants clandestins arrivés sur les côtes espagnoles cette année, 6 400 sont marocains, selon les chiffres du ministère de l’Intérieur. Consuelo Rumí explique cette augmentation du nombre d’arrivées par le fait que d’autres voies d’affluence vers l’Europe ont été fermées.