La revue de presse du mardi 4 août 2020

2843
DR.

La souffrance des TPE avec les mauvais payeurs, Casa-Settat: les hopitaux de campagne occupés à hauteur de 83%, aggravation du déficit commercial…Voici les principaux titres développés par la presse nationale aujourd’hui. 

L’Economiste
Délais de paiement : les TPE asphyxiées

L’attente jusqu’à l’adoption des nouvelles mesures concernant les délais de paiement pourrait être très longue pour les TPE dans la construction et le transport. Le solde commercial, c’est-à-dire la différence entre les délais clients et fournisseurs, est négatif de 99 jours dans la construction et 123 jours dans le transport et entreposage selon les résultats de la dernière enquête de Bank Al-Maghrib. Les TPE opérant dans la construction règlent leurs fournisseurs en moyenne en 64 jours alors que leurs clients les paient en moyenne en 163 jours! En dépit des mesures prises par les autorités et des efforts consentis en matière de sensibilisation des opérateurs économiques, le problème des délais de paiement reste posé avec acuité, dénonce Bank Al-Maghrib dans son rapport annuel. Les premiers à en souffrir restent les TPE.

 

Aujourd’hui le Maroc
Approvisionnement en eau potable à Demnate: l’ONEE s’explique

L’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) a indiqué lundi avoir pris des mesures proactives en un temps record afin d’augmenter la capacité de production de l’eau, dans le cadre des efforts visant à sécuriser l’approvisionnement en eau potable de la ville de Demnate et des collectivités territoriales avoisinantes et ce, dans le cadre des préparatifs à l’Aïd Al-Adha béni. Dans une mise au point, l’ONEE a précisé que ces mesures proactives comprenaient le renforcement du débit de production de l’eau potable à partir de la station de traitement des eaux du barrage Hassan 1er, avec un débit supplémentaire de plus de 20 litres par seconde (l/s).

Al Bayane
Hôpitaux de campagne de Casablanca-Settat: Un taux d’occupation de plus de 83%

Le taux d’occupation des lits d’hospitalisation dans les trois hôpitaux de compagne situés au niveau de Casablanca-Settat s’est élevé, à la date du 31 juillet, à plus de 83,77%, soit un total de 1.616 lits occupés, indique la Wilaya de cette région. Ces lits se répartissent sur l’hôpital de compagne à la Foire Internationale de Casablanca (550 lits occupés) et ceux de Benslimane (676) et d’El Jadida (390), précise la même source dans un communiqué, notant que d’autres patients sont hospitalisés dans d’autres hôpitaux de la Santé Publique de la région. Ces trois hôpitaux de campagne dispose d’une capacité litière globale de 1.929 lits, dont 700 lits à la Foire Internationale de Casablanca, 690 à Benslimane et 539 à El Jadida, fait-on savoir.

 

Libération
BAM: Aggravation du déficit commercial à plus de 209 MMDH en 2019

Le déficit commercial a enregistré en 2019 une aggravation de 3,2 milliards de dirhams (MMDH) à 209,2 MMDH, indique Bank Al-Maghrib (BAM). Les importations se sont accrues de 9,8 MMDH et les exportations de 6,6 MMDH, précise la Banque centrale dans son rapport annuel sur la situation économique, monétaire et financière au titre de l’exercice 2019, présenté, mercredi, devant SM le Roi Mohammed VI, par le Wali Bank Al-Maghrib, Abdellatif Jouahri. En conséquence, le taux de couverture s’est amélioré de 0,2 point de pourcentage à 57,4%, ajoute BAM.

Al Ahdath Al Maghribia
Triporteurs : le permis est obligatoire

L’Agence nationale de la Sécurité routière (NARSA) a confirmé que les conducteurs des triporteurs sont obligés d’obtenir un permis de conduire spécifique pour ce genre de véhicule De nombreuses allégations ont été diffusées sur les réseaux sociaux ces dernières semaines, selon lesquelles l’assurance des triporteurs ne couvre pas la responsabilité civile des conducteurs de ces motos qui n’ont pas la classe de permis de conduire nécessaire. En guise de réponse, NARSA Maroc a précisé que le permis de conduire est obligatoire pour conduire un triporteur et qu’en cas d’absence de ce dernier, le conducteur sera sanctionné par la loi, qui considère ce genre de comportement comme une infraction.