La revue de presse du jeudi 5 mars 2020

1212
DR.

Intelaka : BMCE Bank of Africa monte en puissance, Cafés, restaurants… Les règles de TVA changent, Tamesna: une nouvelle ville en bonne et due forme, un projet touristique durable à Beni Mellal-Khenifra. Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce jeudi 

L’Economiste
Intelaka : BMCE Bank of Africa monte en puissance.

Plus de 173 crédits Intelaka ont été accordés par BMCE Bank of Africa en un peu plus de 2 semaines. C’est le premier bilan depuis le lancement du programme à l’initiative de SM le Roi Mohammed VI. Pour renforcer son dispositif d’enrôlement de porteurs de projets, la banque lance la «caravane nationale des TPE». Pour le lancement de cette initiative, le coup d’envoi a été donné à Laâyoune. Au total, une quarantaine de villes du Maroc seront sillonnées (Agadir, Marrakech, Casablanca, Rabat..) afin de présenter le programme global baptisé “Intelak #Likoum”. La tournée s’étendra sur 30 jours avec 3 agences bancaires mobiles ciblant les zones à forte concentration d’entrepreneurs potentiels, instituts de formation, commerces et marchés…

Cafés, restaurants… Les règles de TVA changent.

La loi de finances 2020 a modifié les conditions d’assujettissement des fabricants et prestataires à la TVA. Il s’agit de milliers de gérants de cafés, de restaurants, de loueurs de voitures, de transporteurs… Ainsi, les contribuables exerçant en tant que personnes morales sont soumis à la taxe et ce, quel que soit leur chiffre d’affaires. En revanche, ceux qui exercent les mêmes activités en personnes physiques bénéficient de l’exonération sans droit à déduction, à condition de ne pas dépasser 500.000 DH de chiffre d’affaires.

Aujourd’hui Le Maroc
Tamesna, une nouvelle ville en bonne et due forme

Une visite de terrain à Tamesna laisse y témoigner des changements opérés sur cette cité par rapport à ses débuts en mars 2007. Ainsi, la ville, gérée par le Groupe Al Omrane, est dotée de services publics qui en font réellement une localité urbaine assez accessible. Avant de s’y rendre, un développement urbanistique est déjà perceptible sur le trajet facilité par des chaussées confortables. «Les travaux de la route entre Tamesna et Temara sont réalisés à hauteur de 70%. Ils sont prévus d’être livrés en juin prochain», précise, Abdelhakim Zidouh, directeur général adjoint de la société Al Omrane Tamesna.

Béni Mellal-Khénifra : Un projet touristique durable en cours.

Le Maroc et la Suisse se penchent sur la réalisation d’un projet touristique durable dans la région de Béni Mellal-Khénifra. Cet investissement, portant sur un coût global de 4 millions de francs suisses dont une contribution de 10% du Maroc, devrait être finalisé d’ici 2025. Sa mise en place tend à promouvoir une offre touristique durable dans les provinces d’Azilal et Beni Mellal, et ce avec des secteurs intégrés. L’objectif étant de réduire la pauvreté dans ces localités en générant des revenus à la population locale, notamment en favorisant l’employabilité des jeunes et des femmes à travers l’amélioration des emplois existants et la création d’autres nouveaux.

L’Opinion
L’USMBA de Fès en tête des universités marocaines.

L’Université Sidi Mohamed Ben Abdellah (USMBA) de Fès occupe la première place à l’échelle nationale, selon un nouveau classement des meilleures universités des pays émergents, établi par le magazine  »The Times Higher Education ». L’USMBA s’est positionnée entre la 201è et la 250è place au niveau international, suivie par l’Université Mohammed V de Rabat, l’Université Hassan II de Casablanca et l’université Cadi Ayyad de Marrakech, classées au-delà de la 300è place. Ce classement est élaboré sur la base de plusieurs critères, notamment l’enseignement, la recherche, les citations, les ressources financières et la réputation à l’international.

Akhbar Al Yaoum
Corruption: un projet de loi pour renforcer le rôle de l’INPPLC.

Le président de l’Instance nationale de la probité, de la prévention et de la lutte contre la corruption (INPPLC), Bachir Rachdi, a indiqué qu’un projet de loi régissant l’action de l’INPPLC verra bientôt le jour, expliquant qu’une approche participative a été adoptée dans l’élaboration de ce texte à travers l’implication des secteurs, autorités et instances concernés. S’exprimant lors d’un atelier de travail tenu à Tanger sous le thème « l’innovation dans la prévention contre la corruption », Rachdi a fait savoir que ce projet de loi sera soumis au Conseil de gouvernement dans les prochains jours, soulignant que les autorités du pays travaillent de concret pour la mise en œuvre des dispositions de la Constitution de 2011. « La lutte contre la corruption est un chantier prioritaire pour le Maroc », a-t-il ajouté, notant que cette démarche est en phase avec les principes du nouveau modèle de développement que Sa Majesté le Roi a appelé de Ses vœux.

La capacité du barrage Mohamed V à Nador sera multipliée par 4.

Le projet de surélévation du barrage Mohammed V (province de Nador) permettra d’augmenter à 950 millions de mètres cubes (Mm3) la capacité de retenue de cet édifice contre 240 Mm3 actuellement, a affirmé le ministre de l’Equipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau, Abdelkader Amara. Dans une déclaration à la presse à l’issue d’une visite de terrain aux barrages de Mechraâ Hamadi (province de Taourirt) et Mohammed V, Amara a indiqué que les travaux de surélévation seront lancés courant cette année, notant que ce chantier aura un impact très important pour le secteur agricole mais aussi et surtout pour l’approvisionnement en eau potable.

Al Ahdath Al Maghribia
Les élus locaux, responsables de l’image des partis politiques

Mohamed Boussaid, membre du bureau politique et coordinateur régional du parti du Rassemblement national des indépendants à Casablanca-Settat, a indiqué que les partis politiques souffrent de problèmes à caractère local, expliquant que le citoyen se fait une idée sur un parti politique à travers les élus locaux. Boussaid qui s’exprimait lors d’une conférence de presse consacrée à la présentation du bilan d’étape du programme 100 jours 100 villes, a ajouté que des programmes réalistes et répondant aux aspirations de tous seront élaborés sur la base des conclusions de ce programme qui a, jusque là, fait escale dans 58 villes.

Al Alam
Le stock de thé suffit pour 6 mois.

Etant un gros consommateur du thé chinois, des questions se posent quant à l’éventualité d’une pénurie de thé et une augmentation du prix au Maroc à cause de l’évolution du coronavirus dans le monde. Le Maroc ayant appris d’expériences similaires d’épidémies survenues dans le passé, a pris ses précautions en important des stocks suffisants de thé, a dit Mohamed Astaib, président de l’Association marocaine des industriels du thé et du café, notant qu’un stock suffisant a été importé pour une période de six mois.