La revue de presse du jeudi 24 décembre

1139
DR.

La CGEM et l’IMANOR lancent un nouveau label, Casablanca accueillera la plus grande station de dessalement d’eau de mer en Afrique, 100 milliards de dirhams pour la LGV Kénitra-Agadir… Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce jeudi :

Aujourd’hui le Maroc

Corruption: un cas tombe tous les 3 jours.

C’est l’un des instruments de lutte contre la corruption les plus performants des dernières années. La ligne téléphonique directe du parquet général pour dénoncer les cas de corruption a fait tomber des dizaines de personnes en 2019. C’est ce qui ressort du dernier rapport 2019 du parquet général. Dans le détail, le document précise que la ligne téléphonique mise en place pour dénoncer les tentatives ou cas de corruption a permis de traiter à fin 2019, 117 affaires de corruption en flagrant délit. C’est pratiquement une moyenne d’un cas tous les trois jours l’année dernière. De même, le rapport indique que le taux de détention provisoire a été ramené au cours de la même période à 38,99% de la population carcérale totale.

Le Matin

La CGEM et l’IMANOR s’allient pour promouvoir le Label « Tahceine ».

La Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et l’Institut marocain de Normalisation (IMANOR) ont conclu, mardi à Casablanca, une convention de partenariat pour promouvoir le label « Tahceine » auprès des entreprises marocaines, notamment les très petites, petites et moyennes entreprises (TPME). Signée par Chakib Alj, président de la CGEM et Abderrahim Taibi, directeur de l’IMANOR, cette convention permettra la promotion de ce label, qui vise à garantir la conformité des dispositifs préventifs et sanitaires adoptés par les entreprises, assurer une sécurité maximale aux salariés et aux autres parties prenantes et permettre une relance économique sereine. Cette initiative s’inscrit dans la continuité des actions entreprises par la CGEM pour l’accompagnement et le soutien de ses membres dans la gestion de la crise, induite par la pandémie du nouveau coronavirus (Covid-19), a souligné, à cette occasion, M. Alj.

L’Économiste

Les riziculteurs réclament une protection tarifaire.

Les riziculteurs protestent contre les importations massives de riz. En 2019, elles étaient de 38.000 tonnes et à fin novembre 2020, elles ont atteint 80.000 tonnes. « Les importations massives menacent la viabilité de la filière rizicole nationale qui est en pleine mise à niveau. En effet, plus de 25.000 familles vivent de la production de riz et exploitent des unités agricoles de moins de 5 ha. Le trend haussier des importations risque de les mener à la faillite », s’inquiète Mohamed El Khalile, président de la Fédération interprofessionnelle du riz (FNIR). Les prix de vente aux consommateurs évoluent évidemment au gré du nombre d’intervenants.

Akhbar Al Yaoum

Un quart des détenus sont impliqués dans des affaires de drogues.

Le dernier rapport du ministère public révèle que les crimes liés aux drogues ont considérablement augmenté en 2019, s’établissant à 25.999 affaires. Bien que ces affaires ne représentent que 10% de l’ensemble des affaires pénales de 2019, les détenus impliqués dans ce genre d’actes criminels constituent 25% de la population carcérale. En 2019, le nombre des affaires liées à l’utilisation illégale de drogues a augmenté de 35% par rapport à 2018. Par ailleurs, les poursuites judiciaires pour des affaires de blanchiment d’argent se sont établies à 187 poursuites en 2019 contre 40 seulement en 2018. Dans ce sens, 33 verdicts ont été prononcés dans des affaires de blanchiment d’argent, alors que durant les 10 années précédant 2018, seuls 8 jugements ont été prononcés.

Al Alam

Casablanca abritera la plus grande station de dessalement d’eau de mer en Afrique.

Le gouvernement vient de donner le coup d’envoi de la construction de la plus grande station de dessalement d’eau de mer au Maroc et en Afrique, a annoncé le ministre de l’équipement, du transport, de la logistique et de l’eau, Abdelkader Amara. Intervenant à la deuxième chambre du parlement, le ministre a souligné que la problématique de la sécheresse s’explique par les longues années de déficit pluviométrique, relevant que le dessalement de l’eau de mer s’impose comme solution incontournable. Dans ce sens, Amara a noté que la construction de cette station de dessalement de cette envergure dans la ville de Casablanca était inattendue il y a quelques années.

Ahdath Al Maghribia

100 MMDH pour la LGV Kénitra-Agadir.

La ligne ferroviaire grande vitesse (LGV) devant relier Kénitra à Marrakech nécessitera une enveloppe budgétaire de 40 milliards de DH (MMDH), a indiqué mardi à Rabat, le ministre de l’Equipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau, Abdelkader Amara. En réponse à une question orale à la Chambre des représentants relative aux liaisons ferroviaires dans les provinces du Sud, le ministre a relevé que le projet de LGV Marrakech-Agadir coûtera 50 milliards de DH, dans le cadre du « programme ferroviaire à l’horizon 2040 ». Ainsi, l’enveloppe budgétaire totale atteindra près de 100 milliards de DH, souligne le responsable gouvernemental, mettant en exergue l’état d’avancement des études techniques détaillées, notamment en ce qui concerne la deuxième ligne Marrakech-Agadir.