H24Info est un produit du groupe

    GEOMEDIA est l’un des groupes-médias les plus importants au Maroc avec 3 titres majeurs (Print et Web):

    Crée en 2013, H24Info s’est imposé comme le support-média francophone de référence auprès de lecteurs en quête d’une information fiable et instantanée sur le canal digital. H24 Info enregistre plus de 30 Millions de visites annuelle.

    Numéro dépôt légal : ص 2018/22

    Malgré les dernières déclarations du ministre de la Santé, Anas Doukkali les médecins du secteur public ont décidé de poursuivre leur grève ce jeudi 22 aoû.

    Malgré les dernières déclarations du ministre de la Santé, Anas Doukkali selon lesquelles de nouvelles indemnités seront allouées aux médecins travaillant dans le secteur public, les médecins ont décidé de poursuivre leur grève ce jeudi 22 août. Dans une déclaration au site électronique Alyaoum24, le secrétaire général du syndicat indépendant des médecins du secteur public (SIMSP), El Mountadar Alaoui a déclaré que la grève se poursuivra,  qualifiant les promesses de Doukkali de « non officielles » et  ne correspondant pas aux revendications des médecins du secteur public.

    Anas Doukkali avait annoncé que des négociations étaient en cours avec le gouvernement pour accorder des bourses liées à la rentabilité des médecins, ainsi que pour porter les allocations d’indemnisation des gardes à 50%.

     

    Lire aussi: Enquête sur les médecins des hôpitaux publics pratiquant dans le privé

     

    El Alaoui précise par ailleurs que le taux de participation aux grèves des médecins organisées dernièrement a atteint les 70%. Dans certaines villes, ce taux a même dépassé les 90%. Le nombre de médecins ayant démissionné devrait quant à lui atteindre 1300 vers fin août. Un chiffre qui reflète la recrudescence des départs qui n’étaient que 30 dans le début du mois.

     

    Lire aussi: Les médecins du secteur libéral réagissent aux accusations de Chorfi

     

    Pour rappel, les blouses blanches réclament  des équipements et des moyens logistiques nécessaires au traitement des cas urgents. Ils se plaignent également de l’échelle de base de calcul de leur salaire et demandent  une revalorisation acceptable.

    Share.

    Comments are closed.