Rapport Jettou: Akhannouch, Benchaaboun, Rabbah et Amara passent devant les parlementaires

à 12:30

Quelques jours après la publication du rapport 2018 de la Cour des comptes, qui a ôté le voile sur d’innombrables défaillances au sein de plusieurs établissements publics, les parlementaires ont décidé de questionner les ministres concernés.

En effet, le groupe du PAM à la Chambre des représentants a adressé des demandes aux présidents de différentes commissions parlementaires, notamment celles des secteurs productifs, des secteurs sociaux, des finances, du développement économique ainsi qu’à celle des Infrastructures essentielles, de l’énergie et des mines, pour examiner les manquements relevés par les inspecteurs de Driss Jettou.

 

Lire aussi: Cour des comptes: la gestion hydraulique, parent pauvre du ministère de l'Agriculture

 

Ainsi, il est attendu que le ministre de l'Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, Aziz Akhannouch passe devant la Commission des secteurs productifs pour répondre aux questions des représentants concernant le programme d’extension de l’irrigation (PEI), rapporte Al Massae du vendredi 20 septembre.

Le passage au crible de ce programme par les magistrats de la Cour a montré, entre autres manquements, que les dépenses réalisées ne représentent que 15% du coût total prévisionnel du programme et que la superficie aménagée représente uniquement 11,2% de l’objectif prévu du PEI.

Le ministre devra également répondre concernant la protection de la santé du consommateur et celle des animaux et des végétaux. Le rapport de 2018 de la Cour des comptes a fustigé l’absence d’une « véritable politique publique et d’un dispositif d’évaluation scientifique des risques sanitaires » en matière de sécurité de la chaîne alimentaire.

 

Lire aussi: La Cour des comptes met à nu la triste réalité de la sécurité sanitaire et alimentaire au Maroc

 

Le ministre de l’Economie et des finances devrait pour sa part passer devant la Commission des Finances et du développement économique pour répondre aux questions des députés concernant la gouvernance mise à mal au sein de la Caisse de dépôt et de gestion (CDG).

Aziz Rabbah sera quant à lui entendu par la Commission des Infrastructures essentielles, de l’énergie et des mines concernant l’exécution des programmes d’efficacité énergétique.

Ceci étant, l’opinion publique continue de tourner en dérision le fait que les manquements et les défaillances relevés dans les rapports de la Cour dirigée par Driss Jettou ne fassent pas l’objet de poursuites judiciaires.