Israël pousse-t-elle Washington à reconnaître la marocanité du Sahara?

2172
DR.

Israël et les Etats-Unis discuteraient d’une éventuelle reconnaissance par Washington de la Marocanité du Sahara en contrepartie d’une «normalisation» des relations entre le royaume et l’Etat hébreux. Les détails.

L’information a été révélée par le média américain axios.com. Dans un article écrit par le journaliste de la treizième chaîne israélienne Barak Ravid, ce dernier rapporte que des discussions sont en cours entre Israël et les Etats-Unis à propos d’une éventuelle reconnaissance par l’administration Trump de la marocanité du Sahara occidental. En contrepartie, le Maroc accepterait de «normaliser» ses relations avec Israël.

Pour l’auteur de l’article, «il s’agirait d’un accomplissement diplomatique majeur du roi Mohammed VI et un coup de pouce pour le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui pourrait bénéficier d’une visite en grande pompe au Maroc».

 

Lire aussi: Israël: Netanyahu évoque une « normalisation » des relations avec le Soudan

 

Ces pourparlers interviennent à la suite d’une précédente rencontre entre le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, et des responsables israéliens lors d’une rencontre tenue secrète lors de l’Assemblée générale de l’ONU en septembre 2018. Un travail avait déjà été entamé entre Bourita et Meir Ben-Shabbat, le conseiller à la sécurité de Netanyahu, pour préparer ces pourparlers, détaille la même source.

L’autre personnage clé de ce rapprochement serait l’homme d’affaires marocain Yariv Elbaz, que l’on dit très proche du gendre du président Trump Jared Kushner. Ce serait d’ailleur Elbaz, un des plus grand distributeur dans le secteur de l’agroalimentaire au Maroc, qui serait à l’origine de la visite de Kushner à Casablanca en mai 2019.

Toujours selon le média américain, Israël avait déjà tenté de convaincre les USA de reconnaître la marocanité du Sahara sous l’administration Trump mais était tombé sur le refus du conseiller à la sécurité nationale John Bolton, proche des thèses du Polisario. John Bolton a finalement été limogé en 2019 de l’administration Trump.