Espagne: pour se plaindre de ses conditions de détention, un Marocain envoie un cafard mort au juge

753
©DR

Exaspéré par les cafards qui pullulent dans sa prison à Majorque, Karim Abdeslam Mohamed a envoyé un courrier très « convaincant » aux autorités judiciaires espagnoles.

Non content de l’état du centre pénitentiaire de Majorque, où les insectes semblent être les vrais maîtres des lieux, Karim Abdeslam Mohamed a trouvé une façon très originale de se faire entendre par les autorités judiciaires concernées. Ce Marocain, condamné à 12 ans de prison pour appartenance à une cellule de recrutement et d’envoi de jihadistes en Syrie démantelée à Ceuta en 2013, a envoyé sous scellé un cafard mort à un juge du tribunal de surveillance pénitentiaire. Envoyé il y a plusieurs semaines, le courrier est arrivé dimanche dernier sur le bureau du destinataire qui n’a pas pu contenir un cri d’horreur, révèle El Español.

En Espagne, tout prisonnier a le droit de se plaindre aux autorités s’il l’estime nécessaire. Cela se fait en deux étapes. La première consiste à s’adresser à l’administration de son centre de détention. Si sa requête n’avance pas, le détenu peut alors recourir aux juges. Il est donc habituel pour le tribunal de surveillance pénitentiaire de recevoir de nombreuses plaintes, et ce n’est pas la première fois que des messages aussi «convaincants» que celui de Karim Abdeslam Mohamed sont envoyés. Reste maintenant à savoir si la requête du Marocain sera traitée.