Conseil supérieur de l’éducation: vers une mise à l’écart de Noureddine Ayouch ?

2912

Après la polémique suscitée par l’introduction de quelques mots en darija dans les manuels scolaires, plusieurs médias rapportent que Noureddine Ayouch sera relevé de sa fonction de membre du conseil supérieur de l’éducation.
Le débat sur l’introduction de quelques mots en darija dans les manuels scolaires continue à faire couler beaucoup d’encre. Entre soutien et opposant à cette mesure, le débat a fait rage sur les réseaux sociaux. Résultat des courses: une éventuelle mise à l’écart de Nourredine Ayouch de son poste de membre du conseil supérieur de l’éducation. Il faisait partie de la commission permanente des curricula, programmes, formations et outils didactiques.
Joint par H24info, le publicitaire et membre du conseil a tenu à tempérer ses allégations. «Ces choses-là ne se décident pas sur les réseaux sociaux où par les journalistes», assure Noureddine Ayouch qui ajoute: «j’ai découvert aussi mon limogeage sur les médias, mais je n’ai rien reçu d’officiel, donc je ne peux pas m’exprimer sur ce sujet. Si c’était le cas, je vous l’aurais affirmé». L’acteur associatif tient à préciser qu’il n’a fait que des défendre ses idées et c’est le sens de sa présence au sein du conseil. Pour lui, c’est son expérience et son militantisme en faveur de l’école, surtout dans les zones rurales et défavorisées, qui l’a rendu éligible et membre du conseil supérieur.
LIRE AUSSI: Vidéo. Noureddine Ayouch: «La darija existait avant l'arabe classique»
Lors du Conseil national du PJD, tenu samedi dernier à Bouznika, le chef de gouvernement n’y est pas allé de main morte sur le sujet. Il a qualifié les sorties de Ayouch sur la darija de «daechisation politique» et d’ajouter: «Nous lui disons: les chiens aboient, la caravane passe. Nous allons marcher, la caravane de la réforme marchera. La caravane de l’attachement et de la défense des fondements de notre société ira jusqu’au bout».
El Othmani n’avait pas apprécié les sorties médiatiques de Ayouch, notamment chez H24info, où il avait qualifié ses détracteurs de «chiens qui aboient».