Centrale Danone répond à Lahcen Daoudi

D.R

Lors de la séance des questions orales à la Chambre des conseillers, Lahcen Daoudi avait laissé entendre que Centrale Danone envisageait de quitter le Maroc. Joint par H24info, la société s’est dite «surprise» par les déclarations du ministre.
«La sortie du ministre délégué en charge des affaires générales et de gouvernance n’engage que lui et ne représente aucunement les projets de Centrale Danone», c’est ainsi qu’a réagi Meriem Alaoui Rizq, directrice de la communication de Centrale Danone aux rumeurs de départ de la compagnie du Maroc.
Selon elle, l’idée d’un éventuel départ n’a jamais été à l’ordre du jour et ne le sera jamais. «Nous sommes sur le marché marocain depuis 1953 et nous allons y rester» tient-elle à préciser. Cette sortie de Lahcen Daoudi aurait gêné l’entreprise car elle sème le doute auprès des partenaires de la boite.
«Des gens comptent sur nous. Nous avons plusieurs obligations quotidiennes et une déclaration d’un ministre peut créer des ambiguïtés dont nous n’avons pas besoin pour le moment», juge la responsable com.
https://www.youtube.com/watch?v=ftuSujIejlU
 
Lors de la séance des questions orales, le ministre Pjdiste avait déclaré que cette campagne de  boycott ferait fuir les entreprises installées au Maroc. «Je crains que l’entreprise de production de lait visée par le boycott quitte le royaume», avait déclaré le ministre devant la représentation nationale.
«On tient le coup malgré l’immense tristesse en interne. Nous allons continuer à être à l’écoute du consommateur afin de mieux répondre à ses exigences car on a le devoir d’honorer notre engagement auprès des 120 mille éleveurs, 75 milles détaillants et nos six mille employés», tient à clarifier Meriem Alaoui Rizq.
Concernant le mois de Ramadan, Centrale Danone assure qu’elle continuera à distribuer les différents points de vente. «Nous livrerons, comme à l’habitude, nos détaillants avec le rythme demandé par ces derniers durant le mois sacré. Ramadan demande un effort supplémentaire que nous nous apprêtons à faire comme à chaque année», conclut notre interlocutrice.