Vidéo. Le Rallye des Gazelles neutralisé par la pluie pour la première fois

329

De fortes averses se sont abattues cette nuit jusqu’au petit matin sur le campement du Rallye des Gazelles, situé dans les environs d’Erfoud. Résultat: impossible de lancer le départ de la 4e étape. Un événement inédit dans l’histoire du Rallye Aïcha des Gazelles.

Il est 6h du matin au bivouac Nejjack du Rallye des Gazelles. Alors que les gazelles rangent leurs tentes en pataugeant dans la boue, le départ pour l’étape n°4 semble incertain. Parmi les organisateurs, la rumeur courre qu’elle pourrait être neutralisée dans ces conditions.

En effet, l’étape comporte des reliefs marqués, la traversée de vallées caillouteuses (reg) et surtout de deux rivières (oued Rheris et oued Ziz). Après ces intempéries, les risques de crue contraignent les véhicules des participantes et les empêchent de parcourir leur circuit.

Lors du débriefing de 8h, Ludovic Taché, directeur sportif de l’événement annonce la décision finale. « L’étape est totalement neutralisée. On ne va pas prendre de risques », déclare-t-il devant une assemblée de gazelles en suspens.

Il s’agit d’un événement inédit dans l’histoire du Rallye. « On avait déjà eu ce cas à cause de tempêtes de sable il y a longtemps, mais c’est la première fois que nous annulons à cause de la pluie », précise le directeur sportif qui avoue avoir été prévenu de la tempête par la Direction de la Météorologie nationale.

Lire aussi : Vidéo. C’est parti pour la 29e édition du Rallye Aïcha des Gazelles

Les gazelles ont donc quartier libre aujourd’hui. « Il y a un grand centre commercial, Louis Vuitton, Chanel, etc » ironise Dominique Serra, la fondatrice et directrice générale du RAG pour suggérer aux gazelles de visiter le souk (l’un des plus importants du Sud du pays) de Rissani, une ville à 35 km de Merzouga, berceau de la dynastie alaouite.

Elle invite également les gazelles à « explorer les environs, se reposer dans de petites auberges ou hôtels avec spas et massages », une dernière idée saluée avec enthousiasme par les gazelles arrivées à mi-parcours.

Demain, le départ pour l’étape n°5 se fera donc du bivouac Nejjack (au lieu du bivouac Mech Irdane). En espérant que le temps sera plus clément pour cette étape marathon (plus d’une dizaine de balises à valider) de deux jours en autonomie totale, sans assistance mécanique le soir, sans ravitaillement carburant, et un bivouac improvisé pour passer la nuit.