Scandale de Radès: le Wydad retourne au TAS

à 15:15

Après le rejet de sa demande par la Confédération africaine de football, le Wydad ne lâche pas l'affaire concernant le scandale de Radès. Le président du WAC Said Naciri a annoncé qu'il envisage de faire à nouveau appel auprès du TAS pour obtenir gain de cause dans sa bataille l'opposant à l’Espérance de Tunis. 

Le TAS donnera t-il raison au Wydad? Dimanche dernier, la commission d'appel de la CAF a confirmé la décision de la commission de discipline, en déclarant l'Espérance de Tunis championne d'Afrique. Dans son communiqué, la CAF a annoncé avoir rejeté l'appel du Wydad, tout en maintenant les sanctions prises à son encontre.

Après cette décision le patron des Rouge et Blanc Said Naciri a affirmé dans une déclaration accordée à BBC Sport qu'il reviendra au Tribunal Arbitral du Sport pour obtenir gain de cause. "Nous défendrons nos droits jusqu'à la fin. Nous luttons depuis deux mois contre cette" oppression". L'Espérance ne mérite pas de remporter la Coupe à la manière dont nous avons été témoins à Radès", a-t-il déclaré.  Et d'ajouter:"Notre prochaine étape consiste à renvoyer l'affaire au TAS pour qu'il recherche l'équité."

Pour rappel, la finale de la Ligue des Champions retour ayant opposé le Wydad à l'Espérance de Tunis, le 31 mai à Radès, a été marquée par un grand scandale d'arbitrage. Après le but égalisateur de Walid El Karti refusé par l'arbitre, les joueurs du WAC ont demandé au Sénégalais Gassama de consulter le VAR pour revoir l'action. Après, il s'est avéré que l'assistance d'arbitrage à vidéo ne fonctionnait pas, depuis le début de la rencontre. Les Wydadis ont donc refusé de poursuivre le match tant que le VAR n'est pas fonctionnel.

Cinq jours plus tard le comité exécutif de la CAF a décidé lors d'une réunion tenue à paris le 5 juin, de faire rejouer le match sur un terrain neutre. Insatisfaits de cette décision, les deux clubs ont décidé de saisir le TAS. Ce dernier a renvoyé l'affaire aux organes compétents de la CAF (le comité de discipline). L'organe disciplinaire de l'instance africaine a déclaré l'EST championne d'Afrique, en infligeant à l'EST et au WAC des sanctions financières.