Voyages dans l’UE: la CE veut harmoniser les mesures liées au pass sanitaire

721

La Commission européenne a recommandé, lundi, aux États membres de l’UE d’assouplir progressivement les mesures de restriction sur les voyages, notamment pour les titulaires du certificat numérique Covid (pass sanitaire), suivant une approche harmonisée.

Le certificat sanitaire européen, qui sera valable à partir du 1er juillet dans les Vingt-sept États membres, sera disponible aux formats numérique et papier. Il attestera que son détenteur a été vacciné contre le coronavirus, ou qu’il a reçu récemment un test négatif, ou bien encore qu’il s’est remis de l’infection.

« Aujourd’hui, nous proposons aux États membres de coordonner la levée progressive des restrictions à la libre circulation, en tenant compte de notre nouvel outil commun: le certificat numérique Covid de l’UE. Nous attendons désormais des États membres qu’ils utilisent au mieux cet instrument et la recommandation de permettre à chacun de se déplacer à nouveau librement et en toute sécurité », souligne Didier Reynders, commissaire européen chargé de la justice, dans un communiqué.

Selon l’exécutif européen, les personnes entièrement vaccinées doivent être exemptées des tests ou de la quarantaine 14 jours après avoir reçu la dernière dose de vaccin. Cela devrait également couvrir les personnes guéries ayant reçu une seule dose d’un vaccin à 2 doses.

 

Lire aussi: Pass sanitaire: un casse-tête indispensable au sauvetage de la saison estivale?

 

Les tests et quarantaine ne pourraient être imposés qu’aux voyageurs en provenance des zones « rouge foncé » sur la carte publiée chaque semaine par le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), à savoir celles ayant un taux d’incidence de plus de 500 cas (sur 100.000 habitants) sur 14 jours, ressort-il de la recommandation de la Commission.

L’exécutif européen propose également d’harmoniser à 72 heures la durée de validité d’un test PCR, et à 48 heures celle d’un test antigénique rapide, quand ce dernier est accepté par l’Etat membre.

Pour les plus jeunes qui n’ont pas accès à la vaccination, la Commission européenne recommande de ne pas les soumettre à une quarantaine quand leurs parents en sont exemptés, et de dispenser de test les enfants de moins de six ans.

Par ailleurs, dans le cadre d’un « Frein d’urgence » contre les variants du virus, la Commission rappelle que les États membres devraient réintroduire des restrictions de voyage pour les personnes vaccinées et guéries si la situation épidémiologique se détériore rapidement ou lorsqu’une forte prévalence de variants préoccupants a été signalée.