Vidéo. Algérie: le chef de l’armée demande de déclarer Bouteflika inapte

1975
DR.

Le vice-ministre de la Défense nationale algérien et chef d’état-major de l’armée nationale populaire, a suggéré, ce mardi 26 mars, l’application de l’article 102 de la Constitution, prévoyant l’état d’empêchement du président de la République.

Le clan de Bouteflika s’effrite jour après jour et l’armée le lâche. Le chef d’état-major, Ahmed Gaïd Salah en visite dans la 4e région militaire de Ouargla a déclaré lors de son allocution qu’«il faut adopter une solution qui garantit la satisfaction de toutes les revendications légitimes du peuple algérien et qui garantit le respect des dispositions de la Constitution et la continuité de la souveraineté de l’État, une solution de nature à être acceptée de tous. C’est une solution prévue par la constitution dans son article 102.»

Cette annonce a fait l’effet d’une bombe, car l’article 102, relatif à l’état d’empêchement, prévoit la destitution du chef de l’État et le déclenchement de la procédure de destitution dans un délai de 45 jours. Passé ce délai, l’article 102 confie la charge de la gestion de l’Etat au président du Conseil de la nation (le Parlement algérien), pour une durée de 90 jours durant lesquels il est tenu d’organiser des présidentielles, sans avoir le droit de s’y porter candidat.

Quelques minutes après l’annonce du chef de l’armée nationale populaire, le Conseil constitutionnel s’est réuni en urgence. Cette institution, la seule autorisée à saisir le Parlement, devra proclamer avec une majorité de deux tiers la vacance du pouvoir. Si le président du Parlement rejette cette proposition, la présidence temporaire du pays sera confiée au président du Conseil constitutionnel, selon le même article.

 

https://www.youtube.com/watch?v=wsXp_UQuu8c