Le ministre de l’Economie du Vatican inculpé en Australie pour pédophilie

61

Le cardinal George Pell, argentier du Vatican, fait l’objet d’une enquête de la police sur des accusations de pédophilie, qu’il dément catégoriquement. Âgé de 76 ans, il est le plus éminent ecclésiastique mis en cause dans une telle affaire. Il a été inculpé jeudi d’abus sexuels et est convoqué le 18 juillet devant un tribunal australien.

Le cardinal australien George Pell a été inculpé jeudi en Australie pour de multiples sévices sexuels. Contrairement à ce que les premiers éléments communiqués ont laissé croire, cette inculpation ne concerne pas explicitement des sévices commis sur des enfants. Plus haut représentant de l’Église catholique en Australie, le prélat de 76 ans est aussi le numéro trois du Saint-Siège, dont il est le ministre de l’Économie depuis 2014. Il est visé depuis 2016 par une enquête liée à ces accusations, qu’il dément catégoriquement depuis. Il avait été interrogé à Rome par la police australienne en octobre.

«La police de l’État de Victoria a inculpé George Pell pour des délits d’agressions sexuelles anciennes», a déclaré à la presse le commissaire adjoint de la police, ajoutant qu’«il y a de nombreux plaignants liés à ces accusations». L’officier n’a donné aucune précision sur les faits précis pour lesquels le cardinal est inculpé. Il n’a pas non plus répondu aux questions des journalistes, soulignant la nécessité de préserver l’intégrité de la procédure judiciaire.

«J’ai hâte d’avoir enfin l’occasion d’aller devant un tribunal»

George Pell est convoqué le 18 juillet devant le tribunal de première instance de Melbourne pour y être entendu. «Je suis innocent, ces accusations sont fausses», a par la suite déclaré George Pell devant la presse, avant d’annoncer son intention de rentrer dans son pays. «J’ai hâte d’avoir enfin l’occasion d’aller devant un tribunal», a-t-il affirmé. «L’idée même d’abus sexuel m’est odieuse», a-t-il déclaré, en dénonçant une entreprise «sans relâche de démolition» de son image durant l’enquête. «J’ai toujours été complétement cohérent et clair dans mon rejet total de ces allégations.» «La procédure de justice m’offre désormais l’occasion de blanchir mon nom et de revenir ici à Rome pour travailler», a-t-il conclu.

Le cardinal Geroge Pell lors de sa prise de parole devant la presse, jeudi à Rome.

Le Vatican a indiqué avoir accepté «le congé» réclamé par le cardinal australien George Pell, sans exiger sa démission. Dans un communiqué soulignant «l’honnêteté» et «le dévouement énergique» du cardinal, le Vatican précise que le pape François a été informé de la demande exprimée par le cardinal australien et qu’en l’absence de ce dernier, le Secrétariat à l’Économie du Saint-Siège continuera à fonctionner normalement.

Des faits qui remontent aux années 1970 et 1980

Les accusations ont été révélées durant l’été 2016, après la diffusion partielle d’un rapport de police par ABC. «C’est une affaire sur laquelle nous avons enquêté et sur laquelle nous enquêtons toujours», avait alors confirmé le commissaire principal de la police de l’État de Victoria. La chaîne australienne indiquait avoir obtenu huit procès-verbaux d’auditions de plaignants, de témoins et de proches, relatifs aux allégations portées contre le cardinal. L’enquête policière portait, entre autres, sur des accusations émanant de deux hommes, aujourd’hui âgés d’une quarantaine d’années, qui affirment avoir été victimes d’attouchements de la part du cardinal à l’été 1978-79. Un autre témoignage évoquait une scène lors de laquelle George Pell se serait montré nu devant trois garçons de huit à 10 ans, dans un vestiaire d’un club de surf de Torquay, pendant l’été 1986-1987.

Quelques mois avant ces révélations, George Pell avait longuement témoigné par visioconférence depuis Rome devant une commission d’enquête royale australienne. Celle-ci s’intéressait à la façon dont l’Église australienne avait réagi aux accusations de pédophilie visant des prêtres, datant pour la plupart des années 1970. Entendu trois fois dans ce cadre, le cardinal avait démenti en avoir eu connaissance tout en reconnaissant que l’Eglise catholique avait «failli» et avait connu une période «de crimes et de dissimulations».

Deux des plaignants «ravis»

Ordonné prêtre en 1966 à Rome, avant de revenir en Australie en 1971 où il avait gravi les échelons de la hiérarchie catholique, George Pell a été nommé archevêque de Melbourne en 1996, puis de Sydney en 2001. Il avait été accusé en 2002 d’abus sexuels pour des faits présumés très anciens mais avait été innocenté par la suite. Il avait été choisi en 2014 par le pape François pour mettre davantage de transparence dans les finances du Vatican.

L’avocat de deux hommes qui ont porté plainte contre Mgr Pell a affirmé que ses deux clients, qui souhaitent conserver l’anonymat, étaient «ravis». «Cela a été très dur pour eux d’oser sortir du rang», a déclaré Ingrid Irwin au Melbourne Herald Sun. «Accuser quelqu’un qui, pour certains, n’est autre que l’adjoint de Dieu leur a créé beaucoup de problèmes.»

L’annonce de cette inculpation coïncide avec la fin de la commission d’enquête devant laquelle le cardinal avait témoigné, qui avait commencé ses travaux en 2013. Les témoignages de milliers de victimes ont été recueillis dans ce cadre. L’avocate présidant ces travaux, Gail Furness, avait annoncé en février que 4444 faits de pédophilie avaient été signalés aux autorités de l’Église australienne et qu’entre 1950 et 2010, et que «7% des prêtres étaient des auteurs présumés» d’abus sexuels sur des enfants.