H24Info est un produit du groupe

    GEOMEDIA est l’un des groupes-médias les plus importants au Maroc avec 3 titres majeurs (Print et Web):

    Crée en 2013, H24Info s’est imposé comme le support-média francophone de référence auprès de lecteurs en quête d’une information fiable et instantanée sur le canal digital. H24 Info enregistre plus de 30 Millions de visites annuelles.

    Numéro dépôt légal : ص 2018/22

    La Nouvelle-Calédonie a fait le choix de rester dans la France, selon des résultats partiels, au terme d’un référendum historique qui n’a pas empêché quelques débordements dans la soirée.
    Selon des résultats partiels portants sur 128.618 bulletins dépouillés sur un total de près de 175.000 électeurs, le non à l’indépendance l’emporte avec 59,68% des voix contre 40,32% pour le Oui, a indiqué le Haut-Commissariat. La participation a été massive, avec environ 80% de votants. La chaîne Nouvelle-Calédonie la 1ère avait annoncé un peu plus tôt 59,5% des voix pour le maintien dans la République, selon des résultats partiels portant sur 70% des bulletins dépouillés.
    Les sondages prédisaient une large victoire du non, dans une fourchette de 63 à 75%. Des résultats encore à venir du grand Nouméa pourraient faire remonter le score loyaliste pour le non. Plusieurs voitures ont été brûlées et deux «faits de caillassages» ont été signalés dimanche soir, en marge du dépouillement du scrutin, a-t-on appris auprès du Haut-commissariat. Les principaux responsables politiques avaient souligné en amont du scrutin qu’une victoire du non pouvait inciter une partie de la jeunesse kanak, marginalisée, à des débordements.
    Les électeurs de cet archipel français, colonisé en 1853 et disposant d’importantes réserves de nickel, étaient appelés à dire s’ils voulaient ou non «que la Nouvelle-Calédonie accède à la pleine souveraineté et devienne indépendante». Le référendum est attentivement surveillé par Paris, à 18.000 km de là. Le président Emmanuel Macron doit s’exprimer à la télévision à 13H00 dimanche (23H00 heures locales) à l’issue de la proclamation définitive du résultat.
    A la mairie de Nouméa, Chanel Cinédrawa, paysagiste de 43 ans, a voté indépendantiste, car «c’est le combat de nos vieux, il faut honorer leur mémoire, c’est une fierté de porter nos couleurs», dit-il. De nombreuses procurations faites par des Calédoniens de métropole ne sont pas arrivées à temps, a déploré Sonia Lagarde maire de Nouméa, confrontée à d’incessantes réclamations à ce sujet toute la journée.
    Cette consultation, prévue par l’accord de Nouméa signé en 1998, est destinée à poursuivre le travail de réconciliation entre Kanak, peuple autochtone du territoire, et Caldoches, population d’origine européenne, entamé avec les accords de Paris de 1988.
    Ces derniers avaient été signés après les violences des années 1980 qui avaient culminé avec la prise d’otages et l’assaut de la grotte d’Ouvéa en mai 1988, faisant au total 25 morts. Pour rendre ce scrutin incontestable, 250 délégués dépêchés par l’Etat et des experts de l’ONU étaient présents dans les bureaux.
    Dans celui de l’école Candide-Koch, dans le quartier de la Vallée des colons à Nouméa, une longue file d’attente a été constaté dans la matinée. «Mon choix a été fait depuis longtemps, c’est un choix pour la France, pour les garanties qu’elle apporte. C’est l’assurance, la sécurité», explique Patrick Levenchaud, fonctionnaire de 54 ans.

    Share.

    Comments are closed.