Algérie: un internaute condamné à 3 ans de prison pour des « mèmes » antipouvoir

198
Des Algériens manifestent contre le gouvernement dans la capitale Alger, le 21 février 2019. AFP

Un jeune internaute algérien, partisan du mouvement de protestation antirégime « Hirak », a été condamné lundi à trois ans de prison ferme pour avoir publié des mèmes moquant le président Abdelmadjid Tebboune et la religion, selon une ONG et un avocat.

« Walid Kechida est condamné malheureusement à 3 ans de prison ferme assorti d’une amende. L’heure est très grave au moment où on s’attendait à sa libération aujourd’hui, voire même une relaxe », a déclaré à l’AFP Kaci Tansaout, coordinateur du Comité national de libération des détenus (CNLD), une association qui vient en aide aux prisonniers d’opinion en Algérie.

« Maintenant on doit se mobiliser tous aux côtés des avocats au procès en appel », a ajouté Tansaout.

Cette lourde sentence a été confirmée par l’un des avocats, Me Moumen Chadi.

Le parquet de Sétif (nord-est) avait requis cinq ans de prison contre M. Kechida, 25 ans, accusé d' »offense au président », « aux préceptes de l’islam » et d' »outrage à corps constitué ».

 

Lire aussi : Algérie: 2 jihadistes et 1 militaire tués dans un nouvel accrochage

 

Le militant, connu de la jeunesse de Sétif, est en détention provisoire depuis plus de huit mois pour avoir publié des « mèmes », des images détournées de façon humoristique sur les réseaux sociaux, et touchant aux autorités et à la religion.

De nombreux opposants et militants du « Hirak » ont été arrêtés, jugés et condamnés en Algérie dans un climat de répression à l’encontre des opposants, des médias indépendants et des blogueurs.

Selon le CNLD, les interpellations et arrestations ciblant les militants antirégime sont quotidiennes malgré l’arrêt des manifestations hebdomadaires du « Hirak » depuis la mi-mars à cause de la pandémie de Covid-19.