H24Info est un produit du groupe

    GEOMEDIA est l’un des groupes-médias les plus importants au Maroc avec 3 titres majeurs (Print et Web):

    Crée en 2013, H24Info s’est imposé comme le support-média francophone de référence auprès de lecteurs en quête d’une information fiable et instantanée sur le canal digital. H24 Info enregistre plus de 30 Millions de visites annuelles.

    Numéro dépôt légal : ص 2018/22

    Longtemps « président absolu », Abdelaziz Bouteflika déchu en avril 2019 sous la pression conjuguée d’un mouvement de contestation populaire inédit (« Hirak ») et de l’armée, est décédé vendredi loin de la présidence et dans la disgrâce. 

    Farid Alilat, journaliste à Jeune Afrique et auteur de « Bouteflika, L’histoire secrète », une enquête intime sur le parcours de l’ancien « raïs », dresse auprès de l’AFP le portrait d’un homme à l’ambition dévorante, dont la présidence a été un « gâchis ».

     

    Abdelaziz Bouteflika est le président qui a gouverné le plus longtemps, de 1999 à 2019. Comment expliquer sa longévité à la tête de l’Algérie ?

     

    Toute sa vie, Abdelaziz Bouteflika a été animé par deux obsessions: conquérir le pouvoir et le garder à tout prix. Il voulait faire un cinquième mandat en dépit du fait qu’il était malade et impotent.

    C’est d’ailleurs cette obsession de rester (au pouvoir) malgré l’absence et la maladie, qui a provoqué la révolution (NDLR: le Hirak) qui l’a chassé du pouvoir en avril 2019.

    Il a bénéficié à partir de 1999 de l’appui, de la fidélité et de la loyauté de l’armée et des services de renseignement. Ce sont les militaires qui l’ont amené au pouvoir et qui lui ont permis de rester, jusqu’en 2019.

    Il avait entre ses mains, à partir du second mandat en 2004, tous les leviers, sans contre-pouvoir face à lui. Il a régné avec tous les leviers de commande: la présidence, le gouvernement, l’assemblée nationale, l’armée, les services, la télévision, le patronat, et l’argent. Il était devenu un président absolu.

    La manne pétrolière engendrée par l’envolée du prix du baril a été pour beaucoup dans le maintien (au pouvoir) de Bouteflika, sans oublier l’appui de la communauté internationale, notamment des dirigeants français. Tous ces éléments ont été déterminants dans sa longévité.

     

    Pourquoi s’obstiner à garder le pouvoir malgré son état de santé ? Et comment ses deux décennies comme président ont façonné le pays ?

     

    Abdelziz Bouteflika ne se voyait pas quitter le pouvoir sans y être contraint. Il voulait mourir président et avoir des funérailles nationales. Mais au-delà de sa personne, ses proches y avaient intérêt: tout le cercle présidentiel élargi, des ministres jusqu’aux hommes d’affaires aujourd’hui en prison. Il leur fallait garder le pouvoir pour ne pas rendre de comptes.

    Les vingt ans de Bouteflika ont été un énorme gâchis, une supercherie. Les Algériens continuent à se demander où est passé l’argent de la manne pétrolière puisque le pays manque d’hôpitaux et d’infrastructures, et qu’il y a le chômage.

    L’Algérie peut se retrouver dans quelques années avec de graves difficultés financières et dans l’obligation d’aller emprunter de l’argent à l’étranger.

    Il s’agit d’un immense ratage. Alors que le pays avait toutes les capacités économiques, financières et humaines pour devenir la Corée du Sud de l’Afrique, on parle aujourd’hui de faillite économique.

    La présidence de Bouteflika a été marquée par une corruption absolument pharaonique. Avec les procès qui ont suivi sa chute, les Algériens ont découvert l’ampleur de la prédation et des malversations.

    C’est aussi le recul de l’Algérie sur le plan diplomatique, aussi bien en Afrique que dans le monde. La diplomatie algérienne est devenue aussi aphone et effacée que son ancien président.

    M. Bouteflika a hypothéqué l’avenir de l’Algérie sur plusieurs générations.

     

    Quelle aura été sa vie après la présidence et quel souvenir laisse-t-il derrière lui ? 

     

    Les seules personnes auxquelles Bouteflika accordait sa confiance étaient les membres de sa famille: Saïd et Nacer, deux de ses frères, et sa soeur Zhor. En dehors de cette fratrie très soudée, il n’avait pas d’amis, mais des serviteurs.

    Il aura vécu ses dernières années reclus dans une résidence protégée avec sa sœur Zhor, coupé du monde, et ne recevant que sa famille et un ou deux avocats de son frère.

    Une décision très symbolique aurait été de le convoquer pour qu’il s’explique devant la justice. Ses anciens Premiers ministres (NDLR: jugés pour corruption) ont affirmé qu’ils recevaient leurs ordres du président.

    Mais juger un ex-président de la République est avant tout une décision politique, et il semble que la justice n’a pas eu le feu vert pour le faire.

    Les Algériens garderont de lui l’image d’un vieillard sur un fauteuil roulant. A force de le voir sur une chaise, on a oublié qu’il a été un président debout.

    Cette image de M. Bouteflika sur une chaise roulante symbolise bien cette obsession du pouvoir. Il s’est accroché en dépit de tout, et notamment des intérêts du pays et de ses compatriotes.

    Il a passé vingt ans à consolider un pouvoir qui s’est effondré en l’espace de quelques semaines, entre le 22 février et le 02 avril. C’est dire si le système bâti était arrivé à bout de souffle.

    Share.

    Comments are closed.