Vaccin anti-covid19: le point sur les essais cliniques au Maroc

10328

Le Maroc s’inscrit en force dans la recherche du vaccin anti-covid-19 en participant à des essais cliniques auprès de 600 volontaires. Où en sont ces essais cliniques? 

Le royaume a signé la semaine dernière des conventions avec deux laboratoires chinois et britanno-suédois pour que les Marocains puissent bénéficier de la vaccination dès la fin des essais cliniques.

«C’est la première fois dans l’histoire du Maroc qu’on fait des essais cliniques vaccinaux. Ce processus permet un transfert d’expertise, (…) d’avoir le cœur net sur l’innocuité et l’efficacité du produit (…) et de rentrer dans un partenariat durable», a expliqué le ministre de la Santé Khalid Ait Taleb mardi 29 septembre sur Radio 2M.

Pour conclure sur l’efficacité d’un vaccin, il faut valider plusieurs étapes. Dans une interview pour Le Matin, Pr. Marhoum, chef de service des maladies infectieuses du CHU de Casablanca, éclaire sur l’avancée de ces essais cliniques qui au Maroc sont à la phase III et concernent 600 volontaires.

Avant d’atteindre la phase III, il a fallu valider une étape préclinique pendant laquelle on établit des tests sur des animaux et une phase clinique lors de laquelle on teste la tolérance de l’organisme au produit puis sa quantification, explique le spécialiste.

 

Lire aussi : Vidéo. Ait Taleb: «La situation reste sous contrôle malgré l’inquiétude»

 

La phase III des essais cliniques nécessite normalement un nombre importants de testeurs (plusieurs milliers). Le Maroc n’en compte que 600 actuellement dont l’évolution de l’état est en cours d’analyse jusqu’au résultat final. Pour le moment, aucun effet secondaire grave n’a été reporté. Le royaume manque de testeurs volontaires, mais l’essentiel réside dans la validation de la partie chinoise et la garantie de la fiabilité des résultats, lit-on dans Le Matin.

Les volontaires sont répartis en deux groupes: dans le premier, le vrai vaccin est testé auprès des volontaires; dans le second, ils reçoivent seulement le placebo, une substance dépourvue de principe actif mais dont la prise peut avoir un effet psychologique bénéfique sur le malade éventuel.

Par ailleurs, ces volontaires ne reçoivent aucune indemnité hormis le remboursement des frais de déplacement ou de dédommagement engendrés par ces essais cliniques précisément.

Pour encadrer ces essais cliniques, des spécialistes ont été formés au CHU Ibn Rochd de Casablanca, au CHU Ibn Sina de Rabat ainsi qu’à l’hôpital militaire de la même ville (200 volontaires par structure).

Pour rappel, le ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb a procédé, le 18 septembre dernier à Rabat, à la signature d’un mémorandum d’entente pour l’acquisition de vaccins anti-covid 19 produits par la société «R-Pharm», sous licence du groupe «AstraZeneca».