Trafic de drogue: 4 colonels de la gendarmerie prennent de la prison ferme

2486
Photo d'illustration. Crédits: DR/

C’est un feuilleton judiciaire qui dure depuis 4 ans déjà. La chambre des crimes financiers de la Cour d’appel de Rabat, qui statue en première instance sur les questions graves de détournement, a condamné plusieurs officiers de la gendarmerie à des peines de prison ferme dans le cadre d’une vaste affaire de trafic international de drogue. Détails.

Après plusieurs audiences interminable, la Cour d’appel de Rabat a distribué, lundi 6 janvier à 22H30, 12 ans de prisons ferme dans le cas de 4 colonels de la gendarmerie royale, rapporte le quotidien «Al Akhbar» dans son édition du mercredi 8 janvier.

Dans un dossier épineux de concussion, corruption, abus de pouvoir, trafic de stupéfiant (et autres chefs d’inculpation) ouvert en 2017, et qui a déjà fait des dizaines de haut cadres de différents corps constitués et autant de barons de la drogue, le magistrat Mohamed Kechtil, président de la chambre des crimes financiers à la Cour d’appel de Rabat s’est occupé cette fois des liens tentaculaires au sein des réseaux de trafic au sein de la gendarmerie. Et après 3 heures de délibération, le verdict a été sans appel.

Selon le quotidien arabophone, qui détient copie des différents jugements, 4 colonels, dont un colonel-major, ont écopé, cumulativement de 12 années de prison. Le plus haut gradé, qui chapeautait la région d’Agadir, a été condamné à 2 ans de prison, dont une année avec sursis. Les trois autres, qui officiaient respectivement à Settat, Tanger et Agadir, ont pris des peines allant de 2 à 5 années fermes. Un 5e colonel était également mis en cause, mais, après délibération, il a été acquitté et lavé de tout soupçon.

Dans le reste des jugements, la chambre chargée des crimes financiers à distribué 28 années de prisons à l’encontre de 7 autres accusés, de grades inférieurs, ayant écopé chacun de 4 années fermes. Parmi eux les chauffeurs des colonels mis en cause, mais également des officiers intermédiaires. 5 responsables judiciaires, ayant également été impliqués dans l’affaire, ont également été condamnés à 3 ans de prisons ferme chacun.