Suspendu pour un article sur le Maroc, un journal bahreïni licencie ses employés

117

Le quotidien indépendant bahreïni Al-Wasat, suspendu par les autorités à cause d’un article sur le Maroc, a annoncé le licenciement de ses employés.

La direction du journal a communiqué cette décision à ses employés dans un message qui leur a été adressé samedi, à la veille de l’Aïd el-Fitr. Dans ce message, le président du Conseil d’administration d’Al-Wasat, Adel al-Maskati, écrit avoir décidé « avec regret » de « mettre fin aux contrats des employés » en raison de la suspension du quotidien qui « a causé des pertes à la compagnie ».

Al-Wasat, qui compte quelque 160 employés, dont 30 expatriés, se trouve ainsi contraint de cesser de paraître, 15 ans après son arrivée sur le marché dans un pays secoué sporadiquement ces dernières années par des troubles.

Le 4 juin, le ministère bahreïni de l’Information avait suspendu sine die Al-Wasat, une mesure qu’il avait justifiée par la publication par ce quotidien d’un article qui, selon lui, « portait atteinte à un pays arabe frère ». L’article incriminé évoquait les troubles dans la province d’Al-Hoceïma au Maroc et l’origine de la colère populaire dans cette région.

Cette mesure a été critiquée par des ONG de défense des droits de l’Homme, dont Human Rights Watch (HRW) qui a appelé,  dans un communiqué le 18 juin, le gouvernement bahreïni à retirer sa décision, « Al-Wasat étant l’un des rares médias indépendants dans la région du Golfe ».

 

Avec AFP