Relocalisation des usines PSA et Peugeot: la réponse de Moulay Hafid Elalamy à Bruno Le Maire

Moulay Hafid El Alamy, ministre de l'Industrie, de l'Investissement, du Commerce et de l'économie numérique./DR

Le ministre marocain de l’Industrie et du commerce, Moulay Hafid Elalamy, a finalement régi aux propos de son homologue français Bruno Le Maire, qui avait manifesté son désir de relocaliser la production automobile dans l’hexagone.

Devant la Commission de l’agriculture et des secteurs productifs à la Chambre des conseillers, le ministre marocain a déclaré que «nos usines fabriquent des voitures avec toutes leurs composantes de A à Z et je vous invite à visiter les usines de Tanger, Kénitra et Nouaceur pour découvrir le génie marocain», rapporte le quotidien Assabah dans son édition du mardi 10 décembre.

Et d’ajouter: «que l’on se contente de serrer des boulons de voitures, comme le prétendent certains», serait une aberration, étant donné que le moteur «Peugeot» est entièrement fabriqué au Maroc, dénotant de la qualité de la main-d’œuvre que recèle le pays, a-t-il martelé.

 

Lire aussi: Le ministre français de l’Economie veut relocaliser en France les usines marocaines de PSA

 

«Ceux qui jalousent le Maroc ne sont plus limités à certains pays qui gravitent autour de lui et traitent notre pays d’adversaire ou d’ennemi. Cette rancœur s’est étendue à des pays occidentaux», a-t-il déploré.

Pour rappel, le ministre de l’Economie, Bruno Le  Maire, avait taclé le modèle emprunté par les professionnels français du secteur automobile. Dans son viseur, le groupe PSA et Renault qui ont décide de délocaliser une partie de leur production au Maroc, en Slovénie et en Turquie.

Au-delà du constat, le ministre français entend revoir ce modèle en rapatriant ces chaînes de production en métropole. Pour ce faire, un comité a été formé afin «d’évaluer dans les mois qui viennent avec les constructeurs les conditions pour maintenir et relocaliser l’activité en France (…) et améliorer les relations entre donneurs d’ordre et sous-traitants», avait-il précisé.