PJD: entre Benkirane et Ramid, la guerre des chefs est déclarée

2350

Dans un post sur sa page Facebook, Mustapha Ramid s’en prend à Abdelilah Benkirane, il lui reproche sa manière de mettre en avant son militantisme lors des législatives de 2011 lors d’un récent rassemblement du PJD. Ramid qualifie la sortie de Benkirane de « rabaissante » envers les autres militants du PJD.

Le torchon brûle entre Mustapha Ramid, membre du secrétariat général du PJD, ministre d’État chargé des Droits de l’Homme et le patron du parti, ancien chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane. L’ancien ministre de la Justice a fait une sortie sans précédent contre son « frère » au parti de la lampe. « Les militants du PJD ont été réduits à des membres irresponsables et inconscients de l’ampleur de cette étape délicate dans l’histoire du Parti et du royaume », a écrit Mustapha Ramid le 26 octobre sur sa page Facebook.

Ramid vient ainsi de réagir à une récente sortie de Benkirane où ce dernier avait affirmé « avoir mené seul » la campagne des législatives de 2011, alors que d’autres « ont préféré partir faire le pèlerinage ». Pour Mustapha Ramid,  Benkirane « s’est en quelque sorte approprié le parti, à force de se féliciter  » et de qualifier la sortie du SG du parti de « rabaissante » envers les militants de la formation de la lampe.

Mustapha Ramid précise par ailleurs: « C’était bien moi qui étais visé, puisque j’étais le seul à faire le voyage pour accomplir le pèlerinage (…) contrairement à ce qui a été avancé, j’ai bel et bien participé à la campagne électorale. Avec des membres du parti, nous avons sillonné des régions: Casablanca, Sidi Bennour, Oujda, Berkane, Tiznit Laâyoune, Boujdour, et d’autres villes ».

Ce clash est le premier de son genre au PJD. le parti n’a jamais connu des échanges publics aussi virulents entre ses leaders. Cette réaction de Mustapha Ramid survient quelques semaines avant le congrès national du PJD. Alors que le Conseil national (Parlement du parti) a permis en septembre dernier à Abdelilah Benkirane de se présenter à un troisième mandat, en changeant le règlement interne du parti. Certains cadres de la formation de la lampe s’opposent à ce choix, dont Mustapha Ramid et le ministre Abdelaziz Rabbah.