Moulay Hafid Elalamy menace de démissionner face aux «sottises» des parlementaires PJD

Moulay Hafid El Alamy, ministre de l'Industrie, de l'Investissement, du Commerce et de l'économie numérique./DR

Très remonté contre certains parlementaires, qui selon lui perturberaient les négociations dans le dossier de l’accord de libre-échange avec la Turquie, le ministre Moulay Hafid Elalamy a menacé de quitter son poste.

Lors d’une réunion de la commission des secteurs productifs, tenue mercredi 12 février, le ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Économie Verte et Numérique, Moulay Hafid Elalamy, a fustigé les sorties médiatiques de certains parlementaires pjidistes, les accusant de servir les «intérêts d’autres pays», et non ceux du Maroc, rapporte le quotidien Assabah dans son édition du vendredi 14 février.

Le ministre a qualifié les propos de ses collègues de «sottises», alors qu’il dit s’efforcer de trouver une solution viable à la polémique autour de la renégociation de l’accord de libre-échange acté enntre le Maroc et la Turquie, poursuit la même source.

 

Lire aussi: La Turquie accepte de revoir l’accord de libre échange avec le Maroc

 

En dépit de ces tensions internes, le ministre s’est vanté des résultats des négociations qu’il a menées, rappelant que la Turquie a accepté dernièrement, de revoir cet accord de libre-échange afin qu’il soit bénéfique aux deux parties, notant que le déficit de cet accord s’élevait à 1,2 milliard de dollars.

Le ministre passe à l’offensive

 

Sur sa lancée, le ministre c’est également vanté des discussions «tendues», qu’il a eues avec son homologue français Bruno Le Maire. «Lors d’échanges très rudes avec le ministre français, je l’ai secoué (…) en lui expliquant que s’il venait à relocaliser les usines françaises dans la métropole, cette initiative serait vouée à l’échec car le Maroc a su développer cette filière», a souligné le ministre.

 

Lire aussi: Relocalisation des usines PSA et Peugeot: la réponse de Moulay Hafid Elalamy à Bruno Le Maire

 

Pour rappel, le ministre de l’Economie, Bruno Le  Maire avait taclé le modèle emprunté par les professionnels français du secteur automobile. Dans son viseur, le groupe PSA et Renault qui ont décidé de délocaliser une partie de leur production au Maroc, en Slovénie et en Turquie.

Au-delà du constat, le ministre français entendait revoir ce modèle en rapatriant ces chaînes de production en métropole. Pour ce faire, un comité a été formé afin «d’évaluer dans les mois qui viennent avec les constructeurs les conditions pour maintenir et relocaliser l’activité en France (…) et améliorer les relations entre donneurs d’ordre et sous-traitants», avait-il précisé. Affaire à suivre…