Menaces d’enlèvements à Tindouf: l’Algérie dément, l’Espagne persiste

1789
Abdelaziz Benali-Chérif, porte-parole du MAE algérien./DR

Le gouvernement algérien dément avoir émis un avertissement concernant le risque d’enlèvements dans la région des camps de Tindouf. Le ministère des Affaires étrangères algérien a qualifié ces informations de «fausses et infondées», rapporte l’agence de presse nationale APS.

Quelques heures après la publication de cet avertissement par les médias nationaux et internationaux, le porte-parole du MAE algérien, Abdelaziz Benali-Chérif, a affirmé que « les médias ayant servi de support à la propagation de cette information fausse et infondée, versent dans la manipulation et la diffusion d’informations farfelues, dans un but évident de nuire à l’Algérie, à son peuple et à ses institutions ».

Néanmoins, du côté espagnol, le ministère des Affaires étrangères a recommandé à tous les voyageurs espagnols « de quitter au plus vite » la région des camps de Tindouf. Les recommandations du ministère ont été actualisées depuis leur site web, ce lundi, affirmant que « la mission des Nations Unies MINURSO met en garde contre la possibilité imminente d’enlèvements et d’attaques contre des Espagnols».

Pour rappel, le ministère espagnol de la Défense affirmait, jeudi dernier, qu’il s’agit «d’une menace réelle confirmée par les services de renseignements étrangers opérant dans la région».