Les terres agricoles de Nador, nouveau foyer du blanchiment d’argent des trafiquants

Crédits photo : DR.

Des trafiquants de cocaïne installés en Europe et d’origine marocaine changent de tactique. Après l’immobilier et le tourisme, ces derniers, qui sont à la tête de vastes réseaux de blanchiment d’argent, optent désormais pour le secteur agricole et lancent des projets dans la région de Nador. Les détails. 

Le secteur agricole devient de plus en plus prisé par les réseaux de blanchiment d’argent. C’est ce que rapporte Assabah dans son édition du jeudi 5 décembre.

Le quotidien arabophone rappelle qu’un MRE partisan de Daech, arrêté récemment par les autorités espagnoles, possédait plusieurs projets dans la région de Nador.

Assabah, qui cite des sources concordantes, explique que des trafiquants de cocaïne, installés en Europe et d’origine marocaine, ont recruté des intermédiaires dans la région de Nador pour acheter des terres et lancer des projets agricoles. 

Ces derniers avaient auparavant tendance à investir dans l’immobilier, le tourisme, ou encore l’achat d’objets rare et précieux. 

Les réseaux de blanchiment d’argent ont donc changer de tactique et opter pour des projets agricoles pour cacher leur argent sale et échapper à la surveillance et au contrôle des autorités compétentes.

« Les trafiquants de drogue en question ont réalisé des bénéfices colossaux par le biais du trafic de cocaïne, en provenance de Colombie pour atteindre l’Europe », rappelle le journal. Et de conclure qu’une grosse partie de cet argent est souvent blanchie par le biais de plusieurs investissements dans le marché marocain.