Le PJD, le PPS et l’après-Benkirane

313

Les dirigeants du parti de la Justice et du Développement (PJD) et du parti du Progrès et du Socialisme (PPS) se sont rencontrés lundi à Rabat. Les deux formation ont souligné l’importance du renforcement de la coordination et de la coopération entre les deux formations ainsi qu’entre les différentes composantes de la majorité, en vue de réussir l’expérience gouvernementale actuelle.
La lune de miel continue entre le PPS et le PJD malgré le départ d’Abdelilah Benkirane. Les deux partis ont organisé une rencontre consacrée « à l’examen de la situation nationale dans les domaines politique, social et culturel et aux initiatives de réforme qui s’imposent et visant la consolidation du modèle démocratique et le développement des capacités économiques et productives pour réaliser davantage de justice sociale et territoriale, ainsi qu’à l’action parlementaire de la majorité, indique un communiqué conjoint », indique le communiqué des deux instances.
Une rencontre « fructueuse »
Les derniers développements du dossier du Sahara ont été également à l’ordre du jour de cette réunion, au cours de laquelle les deux partis ont renouvelé leur position constante et leur mobilisation pour défendre la souveraineté du Maroc et contrer les manœuvres des ennemis de l’unité nationale.
Dans des déclarations après la rencontre, les secrétaires généraux des deux formations, Nabil Benabdellah et Saad Eddine El Othmani, ont qualifié de « fructueuse » cette rencontre qui a évoqué les différents aspects de l’action gouvernementale.
Dans ce sens, El Othmani a indiqué que la réunion entre les directions des deux partis a été « extrêmement riche », précisant que la principale préoccupation est relative au renforcement de la coopération bilatérale et qui a commencé depuis des années et qu’« il faut aujourd’hui rationaliser et structurer ».


De son côté, le secrétaire général du PPS a indiqué que cette «réunion fructueuse tenue entre deux partis amis», a vu la participation de la majorité écrasante des membres du secrétariat national du PJD et du bureau politique du PPS.
Les moyens de consolider les relations bilatérales et celles entre les composantes de la majorité ont été, par ailleurs, au centre des débats, a-t-il poursuivi, indiquant qu’il a été décidé la mise en place d’un comité conjoint chargé de présenter des idées et des propositions de nature à enrichir les réformes auxquelles aspire le gouvernement et à satisfaire les attentes de la population.