Le parti de l’Istiqlal propose six chantiers pour « une relance responsable »

Nizar Baraka, secrétaire général du parti de l'Istiqlal. DR

Le parti de l’Istiqlal a adressé un mémorandum au chef du gouvernement, à travers lequel il propose un plan de relance responsable à dimension sociétale, qui s’articule autour de six axes stratégiques.

Selon une newsletter du parti de l’Istiqlal, les axes de ce plan se déclinent en six chantiers, portant sur la consolidation de la souveraineté nationale, le renforcement de la cohésion sociétale, le remaniement du système éducatif actuel, la réforme du secteur de la santé, la création d’emplois et la transition écologique.

Le premier chantier concerne la consolidation de la souveraineté nationale, notamment à travers le renforcement de la sécurité alimentaire, de la sécurité sanitaire, de la sécurité énergétique, du développement du made in Morocco pour les produits stratégiques, ainsi que la préservation de la souveraineté économique, explique la même source.

Le deuxième chantier aborde le renforcement de la cohésion sociétale, à travers la réduction des inégalités sociales, territoriales et intergénérationnelles, souligne la même source, précisant qu’il est également question d’instaurer un Revenu universel unifié, comme filet de sécurité basé sur le ciblage des populations démunies, pour leur fournir une aide directe conditionnelle.

Le remaniement du système éducatif constitue le troisième chantier préconisé par le parti, qui met en exergue la nécessité de lutter contre l’analphabétisme numérique et de mettre à niveau les enseignants, les élèves et les écoles, notamment au niveau du monde rural.

 

Lire aussi : Coronavirus: vers une 3e prolongation du confinement ?

 

La santé, dont l’importance a été réaffirmée au cours de la crise sanitaire liée au Coronavirus, est au cœur du quatrième chantier, a souligné le parti, proposant la mise en place d’une « couverture de santé universelle » et le renforcement de la qualité et de l’accessibilité des soins, en particulier dans les petites localités.

Pour ce qui est du cinquième chantier stratégique, le parti appelle à un « plan Marshall » pour l’entreprise, avec pour objectif prioritaire la création d’emploi, préconisant, entre autres, la création d’une banque publique nationale d’investissement pour aider au financement et à la restructuration des toutes petites, petites et moyennes entreprises (TPME).

Le sixième chantier, lui, concerne la transition écologique, nécessaire pour assurer la durabilité de l’économie, conformément au plan de développement des énergies renouvelables, indique la même source, insistant sur l’importance de mettre en œuvre le plan national de l’eau, de poursuivre le déploiement de la stratégie nationale de développement durable et de décliner, au niveau territorial, la contribution nationale (NDC) en matière de changement climatique.

Par ailleurs, le parti a mis l’accent sur la nécessaire transformation en profondeur de l’administration marocaine, afin qu’elle devienne « facilitatrice » et soit davantage tournée vers le service du citoyen, mais aussi pour qu’elle gagne en efficience.