La revue de presse du samedi 28 novembre

2538
DR.

Nouveau tropisme chinois du Maroc, Axe Maroc-Mauritanie, lancement du dépistage rapide du coronavirus… Voici les principaux titres développés dans la presse hebdomadaire de ce samedi 28 novembre: 

Telquel

Maroc-Chine: faire de la crise une opportunité.

Alors que le défi est de résoudre l’équation du déséquilibre commercial entre le Maroc et la Chine, la crise actuelle semble offrir une chance unique pour le Royaume de rééquilibrer sa balance commerciale avec l’Empire du Milieu et de booster, par la même occasion, sa compétitivité à l’échelle internationale. De toute crise émerge une opportunité. C’est du moins ce que pense Mehdi Laraki, président du conseil d’affaires Maroc-Chine à la CGEM, pour qui la reconfiguration des chaînes de valeur mondiales constitue une véritable chance pour le Maroc, afin de se positionner en tant que hub stratégique entre la Chine, l’Europe et l’Afrique. Pour sa part, le président de l’Association marocaine des exportations (ASMEX), Hassan Sentissi El Idrissi, explique que l’offre marocaine pourrait trouver des niches à fort potentiel sur le marché chinois. Toutefois, un ciblage précis devra être établi sur la base d’études de marchés, d’offres promotionnelles régulières et d’accompagnement par des experts du marché chinois.

L’Observateur du Maroc et d’Afrique

Maroc-Mauritanie: l’axe constructif.

La Mauritanie partage 1.561 km de frontières avec le Maroc et seulement 463 km avec l’Algérie. La Mauritanie a aussi en partage sa façade atlantique avec le Royaume. Longue de 800 km, la côte mauritanienne est le prolongement naturel de la route maritime marocaine. S’y ajoute le prolongement terrestre puisque El Guerguarat, localité relevant de la province d’Aousserd, relie directement toute la région de Dakhla à Nouadibou à travers le poste-frontière Bir Guendouz. Ce point névralgique est le point de passage de tous les échanges commerciaux effectués par voie terrestre entre le Maroc, voire l’Europe et le reste du continent. Dans l’autre sens, c’est ce qui permet aussi aux exportateurs mauritaniens, voire à leurs voisins maliens et sénégalais, entre autres, d’approvisionner le marché marocain, voire européen et d’aller même au-delà.

La Vie éco

Les projections 2030 de la culture du safran.

A Taliouine et Taznakht, deux localités qui représentent les fiefs de la culture de l’épice la plus chère au monde, la valorisation de la filière safran menée depuis dix ans a visiblement porté ses fruits. Les nombreux programmes initiés dans le cadre du Plan Maroc Vert ont permis, en effet, une évolution de l’activité. Aujourd’hui, dans le cadre de la nouvelle Stratégie Génération Green, la filière est promise à de belles perspectives. Les objectifs fixés pour améliorer l’activité en amont et en aval sont l’augmentation de la superficie de 1.856 ha aujourd’hui à 2.500 ha à l’horizon 2030. A noter que la superficie cultivée était tout juste de 622 ha en 2008. C’est pour dire l’évolution qu’a connue cette culture en un peu plus d’une décennie. Actuellement, les projections de la Stratégie Génération Green tablent aussi sur le développement de la production de 6,5 T à fin 2019 à 12,5 T en 2030. Sur le plan rendement, les ambitions sont de passer de 3,75 kg/ha à 5 kg/ha et d’augmenter les quantités exportées de 2 tonnes aujourd’hui, à 4 tonnes.

Maroc Hebdo

Dépistage: lancement du dispositif de tests rapides à Casablanca.

Un nouveau dispositif de dépistage vient d’être lancé à Casablanca. Il s’agit du lancement des tests de dépistage rapide dans l’hôpital Moulay Youssef. Le plus grand avantage de cette nouvelle technique est qu’elle permet de donner le résultat en 15 minutes. Ainsi, les Marocains ne devront plus attendre plusieurs jours avec le test PCR, dont l’efficacité est certes cliniquement prouvée mais de plus en plus contestée ces derniers temps. Le temps très long que prend la connaissance du résultat du test PCR favorise malheureusement la propagation du virus. Docteur Sanaa Jaoui, déléguée provinciale de la santé de Casablanca-Anfa, estime que le lancement de ces nouveaux tests va contribuer à la baisse des contaminations dans la métropole économique. Pour le moment, ce test rapide est réalisé gratuitement. Il sera généralisé aux laboratoires, aux cliniques et aux autres unités hospitalières. Son prix n’est pas encore fixé par le ministère de la santé.

Challenge

L’automobile: une filière marocaine stratégique.

Avec l’installation de Renault à Melloussa, près de Tanger, puis de PSA à Kénitra et, demain, du Chinois BYD, à Casablanca, la filière automobile marocaine aura atteint une capacité annuelle de production de 700.000 à 1 million de véhicules. Ce qui fait du Maroc aujourd’hui, le leader des modèles de voitures tourisme en Afrique. Qu’est-ce qui explique cette success-story ? Les raisons pour lesquelles les constructeurs automobiles internationaux choisissent le Maroc se situent dans son score moyen du coût de la main-d’œuvre et dans la force de sa politique industrielle, étant donné que le gouvernement soutient activement le développement industriel. À ceci s’ajoute l’emplacement géographique stratégique du Royaume. En effet, de nombreux constructeurs automobiles internationaux choisissent le Maroc pour sa situation géographique stratégique qui se situe entre le Moyen-Orient, l’Afrique et l’Europe, ainsi que pour les formidables opportunités et facilités commerciales offertes aux investisseurs internationaux.

Le Temps

Maroc: environ 5 millions de personnes seront vaccinées lors de la 1ère phase de la campagne nationale.

Comme annoncé au début de ce mois, la première étape de la campagne de vaccination nationale est attendue dans les semaines à venir et donnera initialement la priorité aux agents qui sont en première ligne dans le combat contre la pandémie, tels que le personnel médical, les autorités publiques, les agents de sécurité et le personnel éducatif, ainsi que les personnes âgées et les sujets souffrant de maladies chroniques. Le reste de la population âgée de 18 ans et plus bénéficiera du vaccin anti-Covid-19 après que les autorités sanitaires aient servi les personnes à haut risque. Selon différentes sources, il semble que cinq millions de personnes recevraient des doses de vaccins contre le coronavirus lors de la première étape de la campagne nationale.