La revue de presse du mardi 8 décembre

2007
DR.

La gratuité du vaccin anti-covid à l’étude, la métamorphose du marché central de Casablanca, la crise du secteur avicole… Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce mardi:

Le Matin

La gratuité du vaccin anti-Covid-19 toujours à l’étude.

Tenant une réunion vendredi à Rabat, les membres du Comité national technique de vaccination ont été unanimes à relever l’importance de la campagne de vaccination contre la Covid-19 pour un retour à la vie normale. Mettant en avant l’importance d’actualiser et d’améliorer la stratégie de vaccination pour qu’elle soit applicable sur le terrain, le ministre de la Santé, Khalid Aït Taleb, a souligné que son département a œuvré de concert avec le ministère de l’Intérieur, dans le cadre des préparatifs de la campagne de la vaccination anti-Covid-19, sur les aspects relatifs à la logistique, la sécurité et la traçabilité. Le responsable gouvernemental est également revenu sur la question de la gratuité du vaccin anti-Covid-19. Il a affirmé dans ce sens qu’il sera subventionné par l’État, qui prendra en charge la vaccination des personnes démunies et ceux en première ligne, précisant qu’il sera remboursable par les organismes de mutuelle et de sécurité sociale. Le responsable a toutefois indiqué que «les discussions concernant la gratuité totale du vaccin anti-Covid-19 sont cependant toujours en cours au sein du gouvernement».

L’Economiste

Casablanca: nouvelle vie pour le marché central?

Le marché central de Casablanca est en plein processus de réhabilitation. Les travaux, menés depuis 3 mois, vont bon train. L’objectif est d’en faire un «marché gastronomique pour fêter les saveurs du Maroc». Et d’en rehausser le niveau pour pouvoir l’intégrer au circuit touristique de la ville. Mais avant d’en arriver là, il fallait d’abord commencer par le bâtiment vétuste, menaçant ruine, pour le transformer en lieu salubre. Aujourd’hui, un budget de 15 à 20 millions de DH (financé par la DGCL et le Conseil de la région Casa-Settat) est consacré à ce chantier, piloté par Casa-Aménagements. Pour ne pas fermer complètement, le marché a été divisé en 7 zones. «Les magasins de chaque zone ferment le temps d’achever les travaux pour passer à la Zone suivante», poursuit le représentant des commerçants. Cette organisation permet de préserver l’activité des commerces.

Aujourd’hui le Maroc

Covid-19: la situation sanitaire s’aggrave dans le Souss.

La situation sanitaire au niveau de la région Souss-Massa devient alarmante. Celle-ci a enregistré ces derniers jours une évolution inquiétante avec 15 décès recensés le dimanche 6 décembre seulement. La Covid-19 continue de se propager dans le Souss qui est désormais la troisième région la plus touchée au niveau national après le Grand Casablanca-Settat et Rabat-Salé-Kénitra. Dans ce sens, et selon les chiffres publiés par le département de la santé, près de 317 nouveaux cas positifs ont été recensés au niveau de la région dimanche dernier. Alors que le nombre total d’infections par le coronavirus s’est alourdi à 26.823 cas, dont 420 décès et 18.918 guérisons. La hausse des décès et des contaminations tire la sonnette d’alarme et met à rude épreuve tout le système de santé dans la région qui compte un hôpital de campagne d’une capacité totale de 101 lits et qui reste toujours fermé malgré la pression que connaît aujourd’hui le Centre hospitalier régional Hassan II.

L’Opinion

Aviculture: un secteur qui souffre.

Le confinement et le recul de la demande ont fortement impacté la filière avicole. L’activité, représentée par la Fédération interprofessionnelle du secteur avicole (FISA), recense depuis mars 2020 pas moins de 50% de baisse des ventes, à cause du déclin des achats des restaurateurs, des snacks, des hôtels et aussi des ménages du fait de la hausse du chômage. La crise s’est accentuée davantage avec Aid Al-Adha où la demande des produits avicoles a sensiblement chuté. Avec la période estivale, les vagues de chaleur perturbent également la production et la distribution. Certains exploitants ont préféré réduire ou arrêter complètement la production en attendant des jours meilleurs. Par ailleurs, la FISA a expliqué que le prix du poussin variait de 5,5 à 6,5 dirhams au marché noir en l’absence dapplication de la’loi obligeant les incubateurs à ne vendre les poussins quaux licenciés. Une faille qui a permis à d’autres personnes de profiter de l’occasion et d’augmenter les prix.

Akhbar Al Yaoum

Le flux IDE en chute de 31,2% à fin octobre.

Le flux net des Investissements directs étrangers (IDE) au Maroc a poursuivi sa chute pour se situer à 11,69 milliards de dirhams (MMDH) au titre des dix premiers mois de cette année, en recul de 31,2% par rapport à fin octobre 2019, selon l’Office des changes. Ce résultat s’explique par une baisse des recettes des IDE de 28% à 20,43 MMDH, atténuée par le repli des dépenses de 23,2%, précise l’Office dans son bulletin sur les indicateurs des échanges extérieurs d’octobre 2020. Pour ce qui est du flux net des investissements directs marocains à l’étranger (IDME), il a diminué de plus de 4,58 MMDH. Les IDME ont ainsi atteint près de 6,28 MMDH à fin octobre, en baisse de 33,5%, tandis que les cessions de ces investissements ont plus que doublé (+1,42 MMDH). L’Office des changes fait également savoir que les envois de fonds effectués par les Marocains Résidents à l’étranger ont enregistré une hausse de 1,7% à 55,83 MMDH.

Rissalat Al Oumma

Casablanca: lancement d’un service de médiation « Corridor CGEM-CCG ».

La Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et la Caisse centrale de garantie (CCG) ont signé une convention de partenariat pour mettre un nouveau service de médiation « Corridor CGEM-CCG », visant à lever les difficultés rencontrées par les entreprises en matière de financement. En vertu de cette convention, les deux parties travailleront de concert pour promouvoir l’ensemble de l’offre-produits de la Caisse auprès des entreprises membres du Patronat à travers l’organisation conjointe d’ateliers et de séminaires régionaux, pour une communication renforcée et élargie. Dans le cadre de ce partenariat, la CCG mobilisera également son réseau de centres d’affaires régionaux afin d’accroître la proximité et l’accessibilité de l’ensemble de ses produits et services à destination des entreprises.