La direction du PJD appelle à "activer" le conseil de la concurrence

Le secrétariat général du Parti pour la justice et le développement a tenu une réunion ce lundi. La réunion présidée par Saad Eddine Al Othmani a discuté des nouveaux rebondissements que connait la bande de Gaza ainsi que le boycott.
Le secrétariat général du Parti pour la justice et le développement (PJD) a salué, lors de sa réunion du 15 mai, la position exprimée par le roi Mohammed VI, président du comité Al Qods, dans sa lettre à Mahmoud Abbas, le président palestinien. Dans son communiqué, le secrétariat général du PJD s’est conforté des positions fortes exprimées par les groupes parlementaires à la chambre des représentants à l’ouverture de la session de questions orales.
Par la suite, le SG du PJD, Saad Eddine El Othmani a présenté un exposé détaillé sur les circonstances liées au boycott de certains produits, ainsi que les mesures prises par son gouvernement en réponse à la campagne et les positions exprimées par celui-ci. Selon le communiqué, le sujet du boycott a été longuement débattu par les membres du secrétariat, qui ont examiné et analysé toutes les dimensions qui y sont associées et en ont tiré des conclusions.
Le secrétariat général du PJD salue le sens de responsabilité dont a fait preuve le gouvernement et son souci de protéger les intérêts des travailleurs et des paysans. L’équivalant du bureau politique du PJD appelle le gouvernement à renforcer les mécanismes institutionnels et juridiques visant à protéger le pouvoir d’achat des citoyens. «Le secrétariat souligne l’importance de l’activation du conseil de la concurrence et espère qu’il contribuera à protéger les règles de la concurrence libre et légitime et à remédier aux déséquilibres susceptibles d’affecter ces règles conformément à la constitution et à la loi», peut-on lire dans le communiqué du PJD.
Le parti a aussi salué le travail de la mission parlementaire sur les prix des hydrocarbures. «Le secrétariat général du PJD appelle le gouvernement à réagir rapidement avec les résultats du rapport, notamment en ce qui concerne les profits des entreprises afin de maintenir le pouvoir d’achat des citoyens» poursuit le communiqué.
Ensuite, le secrétariat général a affirmé que le PJD a toujours défendu la liberté d’expression et le droit des Marocains à exprimer leurs avis conformément aux dispositifs constitutionnels en vigueur. Une réaction qui a provoqué des réactions en cascades sur les réseaux sociaux car la semaine dernière, le porte-parole du gouvernement et membre du PJD avait menacé les internautes qui font circuler de fausses informations en lien avec la campagne de boycott. Des internautes pointent un double discours et certains ont demandé à vérifier si El Khalfi appartenait vraiment au PJD.