Vidéo. Hydrocarbures: «Certaines sociétés ont augmenté leurs profits de 996%», affirme Bouanou

à 12:58

La mission d’enquête parlementaire sur les prix des carburants au Maroc a présenté son rapport devant la commission des finances et du développement. Ce rapport compte «plusieurs données qui nécessitent une bonne analyse», selon Abdellah Bouanou, président de la commission.

Le rapport qui a été discuté hier à la commission des finances «contient des données qui nécessitent une analyse», a déclaré Abdellah Bouanou, président de la commission d’enquête sur les prix du carburant au Maroc.

Le député du PJD a développé: «La différence entre ce que le gouvernement a fixé comme prix et celui proposé par les entreprises atteint un dirham par litre, selon les données du gouvernement, de la Douanes et des bureaux de change», avant d’ajouter: «Le marché marocain consomme annuellement quelques 6,5 millions de tonnes. Donc, nous arrivons facilement à 7 milliards de dirhams en un an de bénéfice additionnel».

Abdellah Bouanou a souligné que les entreprises ont enregistré 7 milliards de dirhams de bénéficiaire supplémentaire selon les données officielles. «Les entreprises nous expliquent qu’il réinvestissent leur profits dans le marché. J’aimerai bien que ce soit le cas mais ces entreprises n’ont investi que deux milliards de dirhams dans l’amortissement et sur plusieurs années. Il reste donc cinq milliards», explique Bouanou.

Pour lui, certaines entreprises ont expliqué leurs marges par les autres produits proposés par les compagnies telles que les vidanges, la restauration et le lavage. «Certains entreprises ont augmenté leur profits de 996% sans proposer d’autres services. Ce n’est pas normal», a-t-il déploré.

 

Dans les détails du rapport, le président de la mission d’enquête a révélé qu’une des sociétés a triplé ses profits au Maroc alors qu’elle enregistre des pertes partout à l'étranger. «Ses bénéfices sont passés de 300 millions de dirhams à 900 millions de dirhams entre 2015 et 2016 grâce à la libéralisation des prix du carburant» a-t-il expliqué.

Le député estime que les entreprises ont le droit de faire des bénéficies et d’engranger des dividendes mais pas au détriment des consommateurs. «Ce n'est pas seulement le propriétaire d'une voiture qui est touchée, mais aussi les transports publics, ce qui se répercute automatiquement sur le prix des fruits et légumes», a-t-il dit.

Bouanou a déclaré que le carburant est acheté sur le marché international à 3,5 dirhams seulement, et après avoir ajouté les taxes, il coûte environ un tiers du prix de vente. Le pjdiste doute que la différence soit dépensée dans la distribution et le stockage et demande au gouvernement de fixer les marges de bénéfice.