Formation professionnelle: une nouvelle feuille de route pour une meilleure insertion socio-économique des jeunes

 Le secteur de la formation professionnelle vient de se doter d’une nouvelle Feuille de route prometteuse de nature à lui permettre de continuer à jouer pleinement son rôle en tant que levier essentiel pour le développement social et une meilleure insertion économique des jeunes, ainsi que pour promouvoir la compétitivité des entreprises.

A cet égard, la séance présidée jeudi par le roi Mohammed VI et consacrée à la présentation de la Feuille de route relative au développement de la formation professionnelle et du projet de création des « Cités des Métiers et des Compétences », témoigne de l’attention particulière et de la Haute sollicitude dont le Souverain ne cesse d’entourer ce secteur.

Visant à valoriser les acquis du secteur de la formation professionnelle, à mettre à niveau l’offre du secteur et à restructurer les filières en fonction de leur pertinence sur le marché de l’emploi, cette Feuille de route prévoit la création d’une nouvelle génération de Centres de formation et la modernisation des méthodes pédagogiques, outre l’amélioration de l’employabilité des jeunes à travers des formations qualifiantes de courtes durées.

Dans ce cadre, les « Cités des Métiers et des Compétences », appelées à devenir des structures multisectorielles et multifonctionnelles dans chaque région du Royaume, constituent la pierre angulaire de cette Feuille de route qui préconise des méthodes pédagogiques privilégiant la maîtrise des langues, l’approche par compétences et accordant la priorité à l’implication des professionnels, notamment en favorisant la formation en milieu professionnel à travers l’alternance et l’apprentissage.

Lire aussi: MHE: «Le roi a refusé à deux reprises les propositions gouvernementales sur la réforme de la formation professionnelle»

L’adoption d’une feuille de route pour ce secteur était devenue une question primordiale après le constat fait par le Souverain, lors de Son discours à la Nation à l’occasion du 65-ème anniversaire de la révolution du Roi et du Peuple le 20 août 2018, de la nécessité de revoir en profondeur les spécialités de la formation professionnelle pour qu’elles répondent aux besoins des entreprises et du secteur public.

La question de la formation professionnelle était également présente dans le Discours royal à l’occasion de l’ouverture de la première session de la 3ème année législative de la 10ème législature. « La formation professionnelle constitue un levier essentiel, à la condition, toutefois, qu’elle fasse l’objet de toute l’attention requise, et qu’un contenu et un statut nouveaux lui soient accordés en tant que filière prometteuse », avait souligné le Souverain, précisant qu’ »il convient de tendre de nouvelles passerelles entre la formation professionnelle et l’enseignement général en veillant à les articuler dans le cadre d’un système harmonisé et cohérent, où formations théoriques et stages pratiques en entreprise se complètent et s’équilibrent ».

Lire aussi: Le nombre de bourses octroyées à la formation professionnelle a augmenté de 177% en un an

La volonté royale est d’assurer plein succès à ce chantier d’envergure s’est également traduit par la séance de travail, présidée en octobre dernier par le Souverain et au cours de laquelle l’accent a été mis sur la mise à niveau de l’offre de formation professionnelle, la diversification et valorisation des métiers et la modernisation des méthodes pédagogiques.