Des musulmans organisent une manifestation contre la cession de la mosquée d’Angers au Maroc

17451
DR.

La cession de la future mosquée d’Angers au Maroc continue de faire débat. Une manifestation s’y tiendra ce vendredi 23 octobre.

Une manifestation se tiendra, ce 23 octobre, en marge de la prière du vendredi devant la mosquée d’Angers. Elle fait suite à une pétition lancée par les musulmans de la ville, qui refusent la cession de leur mosquée à l’État marocain.

La cessation avait quant à elle été votée le 25 septembre dernier, avec une large majorité par l’association des musulmans d’Angers (AMA). Cette dernière avait ainsi décidé de «la cession à titre gracieux WAQF de l’actif immobilier de l’AMA au Ministère des Habous et des Affaires islamiques», indique Le Courrier de l’Ouest.

Les travaux de construction entamés depuis 2014, sur les Hauts-de-Saint-Aubin, ont été financés par la communauté musulmane de la ville. Ce pourquoi certains s’étonnent de la décision de la cession. En effet, la consternation vient de l’association elle-même. Ses anciens dirigeants dénoncent l’actuel président qui aurait «organisé une pseudo-assemblée générale extraordinaire de quelques personnes triées sur le volet, pour faire voter à 90 % la décision de céder gratuitement cette mosquée tant attendue à l’État marocain», note le quotidien régional.

 

Lire aussi: Drogue, migration, imams… l’essentiel de la visite de Darmanin au Maroc

 

« Nous soulignons au passage que toutes les démarches ont été faites par le président de l’association et en total secret. Les musulmans n’étaient même pas informés et ne lui ont jamais donné mandat pour liquider les biens de l’AMA. Nous soulignons aussi que l’État marocain ne lui avait rien demandé», soulignent les anciens présidents.

La communauté musulmane d’Angers aurait ainsi collecté environ 2,50 millions d’euros qui ont ainsi permis de réaliser près des trois quarts des travaux de la mosquée Abou-Bakr-Essedik. L’AMA expliquait lors d’une réunion publique le 4 octobre  que «le ministère des Habous et des Affaires islamiques s’engage à financer la totalité des travaux restant à faire, soit 4,50 millions d’euros pour la mosquée et le centre culturel, dans un délai de 18 mois. Et l’association restera l’unique gestionnaire de la mosquée».