Une députée socialiste espagnole salue le leadership du Maroc dans la formation des imams

818

Lors d’une réunion de travail de la Commission Parlementaire Mixte (CPM) Maroc-Union européenne au siège du Parlement Européen à Bruxelles, Ayala Sender, députée du Groupe de l’Alliance Progressiste des Socialistes et Démocrates, et co-présidente de la CPM Maroc-UE a salué le leadership du royaume en termes de prévention de la radicalisation. 

C’est à l’issu d’une réunion de la Commission Parlementaire Mixte (CPM) Maroc-UE, présidée conjointement par Abderrahim Atmoun (PAM) et la socialiste espagnole Ayala Sender, jeudi 7 septembre au siège du Parlement Européen à Bruxelles, que la co-présidente de la CPM a salué le « leadership du Royaume en termes de prévention de la radicalisation », notamment à travers « le travail effectué au sein de l’Institut Mohammed VI de formation des imams » à Rabat, peut-on lire dans un communiqué de la Commission.

Lors de la même réunion, où des députés membres de la commission étaient présents, à savoir Chaoui Bellasal du groupe du Rassemblement Constitutionnel, Lahcen Sekkouri du Mouvement Populaire, Mohamed Moukanif et Ibtissame Azzaoui du groupe Authenticité et Modernité ou encore l’Istiqlalien Fouad Kadiri, co-vice président de la CPM, Ayala Sender s’est félicitée du « rôle prépondérant » du Maroc pour le maintien et le renforcement de la stabilité et de la sécurité dans la région.

Après les actes terroristes survenus à Barcelone le 17 août dernier, le ministre de l’Intérieur marocain Abdelouafi Laftit aurait soufflé au ministre de l’intérieur espagnol Juan Ignacio Zoido à l’issue d’une visite officielle le 29 août à Rabat, la volonté du royaume chérifien d’apporter de l’aide pour y contrôler les mosquées et les imams.  

Bien avant cela, le ministre des Affaires étrangères Alfonso Dastis avait déjà transféré en Espagne le même message lors de sa visite au Maroc en février dernier après la formation du nouveau gouvernement espagnol.