Crise sanitaire: ces signes qui plaident pour un assouplissement des mesures restrictives

5044

A quelques jours de la fin du Ramadan et du début de la saison estivale, les espérances en faveur d’un assouplissement des mesures restrictives s’accentuent. Plusieurs signes plaident en faveur d’un allègement imminent. Explications. 

L’été approche à grand pas, la vaccination est en bonne marche… au regard de ces paramètres, les secteurs professionnels noyés par la crise misent sur un assouplissement imminent des mesures pour enfin sortir la tête de l’eau.

Secteur le plus touché de cette pandémie, les restaurateurs et cafetiers (25% d’établissements en arrêt temporaire ou définitif) pourront bientôt rouvrir en journée, mais attendent du gouvernement une prolongation jusqu’à 23h. Si plusieurs médias ont partagé cette information, elle n’a toujours pas été confirmée officiellement.

« C’est la dernière et unique solution pour nous sinon on aura encore plus de fermetures d’activités, ce sera catastrophique pour une grande partie d’établissements », prévoit Mohamed Abou El Fadel, secrétaire général de la Fédération marocaine des cafés et de la restauration rapide, et coordinateur de la Confédération marocaine des métiers de bouche, même si « ça ne va pas remplacer ce qu’on a perdu, notamment pendant Ramadan, il s’agit de 10% de notre chiffre d’affaires », tempère-t-il.

L’ouverture de ce secteur est d’autant plus nécessaire qu’aucune facilitation de paiement des redevances d’occupation, d’échelonnement bancaire, ou de paiement de la taxe professionnelle n’ont été accordés aux professionnels, contrairement à certains pays européens tels que l’Espagne ou la France, souligne le représentant.

De son côté, le secteur touristique, pilier de l’économie marocaine totalement sinistré, appréhende de passer un second été sans clients. Les professionnels ne peuvent pas compter sur le tourisme national ad vitam æternam. « Si nous n’ouvrons pas les frontières aux touristes étrangers et que nous nous contentons du tourisme national, alors l’année 2021 sera pire que l’année 2020 », nous confiait récemment Hamid Bentahar, président du Centre Régional de Tourisme (CRT) de Marrakech-Safi.

C’est pourquoi les acteurs touristiques espèrent vivement une réouverture des frontières et une reprise des vols réguliers dès le 21 mai prochain, dernier délai de fermeture fixé par les autorités, qui peuvent toutefois reconduire cette suspension concernant plus d’une cinquantaine de pays. Les compagnies aériennes attendent également le feu vert du gouvernement pour relancer les réservations, et sont prêtes à une réouverture imminente, alors même que nos voisins français, principaux clients, sont en phase de déconfinement.

Petit signe encourageant: les compagnies aériennes desservant l’Europe ont ouvert leurs réservations à partir du 23 mai. Les sites de la RAM, Air Arabia ou Air France proposent déjà des billets à partir de cette date.

 

Lire aussi : Le conseil de gouvernement approuve des mesures exceptionnelles au profit du secteur de la restauration

 

De son côté, la diaspora marocaine entend bien revenir au pays cet été. L’année dernière, les MRE n’ont pas pu rentrer au Maroc pour leurs vacances habituelles et n’envisagent pas de renouveler cette triste expérience. Si l’opération Marhaba 2021 n’est toujours pas confirmée officiellement elle non plus, la ministre déléguée chargée des MRE, Nezha El Ouafi, a déclaré lundi dernier à la Chambre des représentants qu’elle dépendait « de trois facteurs ».

« Il y a d’abord l’évolution de la situation épidémiologique dans les pays d’accueil des Marocains du monde, ensuite l’annonce des dates d’ouvertures des frontières terrestre, aérienne et maritime du Maroc et des pays de transit des MRE, d’autant que l’Opération Marhaba est menée en coordination avec des Etats de l’UE, tels que la France, l’Espagne et l’Italie, et il y a une volonté de ces pays à ouvrir leurs frontières au passage des MRE », a-t-elle énoncé.

La ministre a aussi informé que la Commission nationale et technique chargée de ce dossier s’est réunie le 19 avril pour préparer «un accueil exceptionnel et sécurisé des MRE dans la perspective de la levée de toutes les restrictions sanitaires au Maroc et en Europe».