Bloquée à Melilla, une jeune Marocaine de 34 ans retrouvée morte

DR.

Âgée à peine de 34 ans, une Marocaine bloquée depuis plusieurs mois dans l’enclave de Melilla a été retrouvée morte. Un drame qui rappelle l’urgence de rapatrier les nationaux bloqués à l’étranger depuis la fermeture des frontières.

Le corps sans vie de la jeune Marocaine a été retrouvé quelques heures avant l’appel à la prière, marquant la rupture du jeûne, ce jeudi 14 mai, rapporte l’agence de presse espagnole Europa Press. D’autres Marocains également bloqués dans l’enclave et installés dans un campement mis en place pour les autorités de la ville, l’ont retrouvée inconsciente dans un des bains mis également à leur disposition.

Les éléments de la Croix-Rouge mobilisés dans le campement ont appelé le service des urgences, précisent des témoins au média Nius. Malgré les tentatives de réanimation, «le personnel de santé n’a cependant pas pu lui sauver la vie (…) la femme était déjà morte», précisent des sources proches du dossier à l’agence espagnole.

 

Lire aussi: Vidéo. El Othmani: des scénarios en préparation pour rapatrier les Marocains bloqués à l’étranger

 

Un enquêteur a alors été dépêché sur les lieux de l’incident et a confirmé le décès de la jeune femme. Il a également ordonné son transfert à la morgue où une autopsie sera faite, précise la même source. Pour l’heure, le personnel médical penche vers un arrêt cardiaque, mais les examens médico-légaux permettront de connaitre les circonstances exactes de sa mort, étant donné que la victime saignait du nez et des oreilles, confient des sources proches de l’enquête à Europa Press.

Un campement a quelques kilomètres de leur domicile

La victime, née en 1986, travaillait comme domestique dans une maison à Melilla. Une dizaine de jours avant son décès, la jeune femme a été congédiée par ses employeurs contre qui elle a déposé une plainte. Se retrouvant la rue, la jeune femme ne savait pas vers qui se tourner. Une patrouille de la Garde civile l’a trouvée et emmenée dans le campement installé sur la Plaza de Toros, écrit El Faro de Ceuta.

Ce campement ouvert après la fermeture des frontières décidée par le Maroc, accueille 200 Marocains bloqués dans l’enclave de Melilla, en plus d’un groupe de migrants subsahariens, depuis plusieurs mois déjà. Si les conditions dans le campement sont critiquées par plusieurs associations, les principaux concernés demandent et manifestent leur volonté de regagner le pays, refusée avant même l’instauration de l’état d’urgence sanitaire.

 

Lire aussi: Rapatriement: les Marocains bloqués à l’étranger attendent le feu vert du ministère de la Santé

 

D’autres Marocains sont encore bloqués étant donné qu’aucune opération de rapatriement n’a été effectuée par le pays depuis le rapatriement des jeunes étudiants bloqués à Wuhan. Selon des sources du quotidien Al Massae, L’opération de rapatriement est suspendue à la fin du recensement des personnes concernées.

Après deux mois de blocage, le ministère des Affaires étrangères a fait savoir qu’un plan allait être mis en place pour leur rapatriement. Reste a obtenir le feu vert du ministère de la Santé qui a confirmé au chef du gouvernement, Saad Eddine El Othmani, que les autorités sanitaires sont enfin prêtes à accueillir ces Marocains, poursuit le quotidien dans son édition du vendredi 15 mai. Le ministère a également souligné qu’ils étaient prêts à effectuer les tests nécessaires et mettre en place un dispositif de suivi médical.