Béni Mellal: des fonctionnaires arrêtés pour falsification de dossiers maladies

DR.

Les éléments du service préfectoral de la police judiciaire de Béni Mellal ont arrêté, lundi, deux individus âgés des 30 et 53 ans pour leur implication présumée dans une affaire de falsification et d’utilisation de dossiers de couverture médicale.

Les services de sûreté nationale avaient reçu une plainte dans laquelle la direction de la Caisse nationale des organismes de prévention sociale a constaté des irrégularités dans des dossiers de maladies fournis par des cliniques privées dans les villes de Beni Mellal et Marrakech, indique dans un communiqué la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN).

 

Lire aussi: Vidéo. M’diq: bagarre générale lors de l’élection du président de la commune

 

Les recherches et enquêtes sur le terrain, immédiatement initiées, ont révélé que ces dossiers comportent des données médicales imprécises, et portent les cachets de cadres médicaux non-spécialités ou qui n’exercent plus, poursuit le communiqué.

Les accusés, des fonctionnaires de communes

Les recherches ont permis d’identifier un fonctionnaire d’une commune rurale des environs de Béni Mellal, bénéficiaire de ces dossiers et qui s’est avéré avoir présenté auparavant des dossiers similaires à travers lesquels il a bénéficié de divers montants d’indemnisation, poursuit la DGSN, qui fait état de l’arrestation du principal suspect, également fonctionnaire d’une commune voisine.

 

Lire aussi: Malversations: l’Intérieur traîne en justice 30 présidents de Conseils de communes

 

La perquisition au domicile de ce dernier a abouti à la saisie de plusieurs cachets personnels de médecins et de cliniques basés à Béni Mellal, Marrakech, Rabat et Casablanca, ainsi que d’un lot de feuilles de soins contenant les informations personnelles de bénéficiaires, qui font désormais l’objet de recherches pour déterminer leur degré d’implication dans cette activité criminelle.

Les deux prévenus ont été placés en garde à vue à la disposition de l’enquête menée par le service préfectoral de la police judiciaire, sous la supervision du parquet compétent et ce, en vue de déterminer les éventuelles ramifications de cet acte criminel, conclut la DGSN.