3 points à retenir du discours de Benkirane devant la jeunesse du PJD

3072

L’ancien chef de gouvernement a animé une rencontre devant les membres de la jeunesse du PJD. Le roi, Salaheddine Mezouar, et la déclaration d’Abdelali Hamiddine au sujet de la monarchie ont été les points saillants son speech.
Devant une salle conquise, l’ancien chef du gouvernement a tenu une rencontre devant la jeunesse du parti Justice et Développement (PJD) à l’occasion de la rencontre nationale de la jeunesse. Abdelilah a fait du Benkirane et a tiré sur tout ce qui bouge. Voici une sélection des trois choses à retenir de sa sortie :
Ce qui manque au roi
«Ce qui manque au roi, c’est d’avoir des hommes fidèles qui font le nécessaire», a déclaré Abdelilah Benkirane, ancien secrétaire général du PJD avant d’ajouter: «Nous connaissons le roi, nous l’aimons. Nous pouvons témoigner de ses bonnes intentions. Il souhaite que son pays se développe . Mais je lui dis que ce qui vous manque, ce sont des hommes honnêtes et fidèles qui travaillent correctement et qui font le nécessaire».
Benkirane a réagi au discours du trône durant lequel le souverain avait déclaré: «J’ai le sentiment que quelque chose continue à nous faire défaut en matière sociale. Par la volonté de Dieu, nous poursuivrons l’action menée dans ce domaine avec tout l’engagement requis et la rigueur nécessaire».
Mezouar et la devinette d’Aftati
Benkirane a raconté aux jeunes de son parti une anecdote une conversation qui s’est déroulée au parlement entre Salaheddine Mezouar et Abdelaziz Aftati, député pjdiste. En évoquant l’ancien ministre de l’Économie et des Finances, Benkirane a lâché: «que dieu le guide vers le bon chemin», suivi de son rire légendaire. «Lorsque Mezouar présentait son projet de Loi de finances, Aftati lui demandait toujours « Où est la femme qui possède un âne transportant de l’eau dans le projet de loi de finances?».
Benkirane a expliqué ensuite que Mezouar n’avait pas de réponse, ce qui a poussé Aftati à poser la même question l’année suivante. La troisième année, Mezouar lui a dit: «Arrêtez avec votre question sur l’âne et sa propriétaire». Benkirane en a conclu que ceux qui préparent le budget de l’Etat «ne pensent pas aux pauvres et aux démunis, ils parlent que des milliards, des investissements et des projets».
«Hamidine en fait des tonnes»
Benkirane a parlé de sa vision de l’Etat et de l’institution monarchique. «Nous voulons une monarchie constitutionnelle régie par les lois et les coutumes dont nous serions fiers. Le roi doit être respecté, et la constitution doit évoluer avec nous (les acteurs politiques)» a-t-il déclaré. Dans cette veine, Benkirane a réagi pour la première fois à la controverse suscitée par la déclaration de Hamiddine sur la monarchie : «Hamidine est plus rationnel pour dire ce qu’il a dit. Il en fait des tonnes, car la monarchie est garante de l’unité, de la stabilité et du développement du pays et n’a jamais été une entrave au développement du Maroc».