La revue de presse du mercredi 22 novembre

Publié le
La revue de presse du mardi 21 novembre
© H24info

Tourisme interne : l’ONMT sur un projet d’étude pour électriser le marché ; Le Médiateur du Royaume souligne la relation étroite entre la mission de l’ombudsman et le renforcement de la transparence des services publics ; Eau potable ou irrigation: un arbitrage douloureux ; Maroc/Allemagne: les investissements en route ; Filière des huiles et farines de poisson: quel apport à l’économie et à la sécurité alimentaire ?; RAMED: un million d’inscriptions remises en question par la tutelle…Voici les dernières informations de la presse nationale de ce mercredi:

Le Matin

Tourisme interne : l’ONMT sur un projet d’étude pour électriser le marché

L’Office national marocain du tourisme entend mettre à profit le potentiel du marché touristique interne. Après l’adoption de la nouvelle stratégie de développement du secteur, il projette de mener une étude de marché pour mesurer le potentiel des touristes nationaux. L’enquête qui sera confiée à un cabinet spécialisé devra approfondir la connaissance de ces touristes afin de leur offrir des produits adéquats.

Le Médiateur du Royaume souligne la relation étroite entre la mission de l’ombudsman et le renforcement de la transparence des services publics

La mission de l’ombudsman est étroitement liée au renforcement de la transparence des services publics, a affirmé le Médiateur du Royaume, Mohamed Benalilou. Dans le cadre de ses missions relatives à la défense de l’intérêt public, au renforcement de la bonne gouvernance et à la protection de la transparence, l’ombudsman est chargé, de manière ou d’une autre, d’apporter son soutien aux lanceurs d’alerte et de les protéger des représailles, a souligné M. Benalilou à l’ouverture d’une session de formation commune de l’Association des Ombudsmans et des Médiateurs de la Francophonie (AOMF) et de l’Association des Ombudsmans de la Méditerranée (AOM), initiée sous le signe « Protection des lanceurs d’Alerte et la lutte contre la corruption ».

L’Economiste 

Eau potable ou irrigation: un arbitrage douloureux 

La fièvre des prix des produits alimentaires se poursuit. Les tarifs continuent de s’inscrire dans une courbe ascendante. Pour la Confédération marocaine de l’agriculture et de développement rural (COMADER), «l’envolée des prix est une conséquence normale de la situation actuelle». «ll faut s’attendre à ce que les prix demeurent élevés. Il est vrai que les professionnels ont eu droit à des subventions très importantes. Toutefois, ces aides règlent uniquement le problème des intrants, et non celui du manque d’eau d’irrigation», explique son président Rachid Benali. A cause de la sécheresse, des restrictions d’usage de l’eau des barrages ont été décidées. «Il y a eu un arbitrage entre sécurisation de l’eau potable et irrigation pour l’agriculture. La priorité a été accordée à l’eau potable. Les agences des bassins hydrauliques interdisent l’irrigation dans certains périmètres. En outre, le niveau des nappes phréatiques est toujours au plus bas», souligne Rachid Benali. Selon ce professionnel, les cultures maraîchères et celles des olives et des agrumes ont été touchées de plein fouet.

La rédaction vous conseille

Les titres du matinNewsletter

Tous les jours

Recevez chaque matin, l'actualité du jour : politique, international, société...

La revue de presse du mercredi 22 novembre

S'ABONNER
Partager
S'abonner